CaixaBank et l’Institut Cervantes explorent l’éthique dans les entreprises

Adela Cortina, philosophe et écrivaine espagnole, et Dounia Taarji, présidente du Fond Hassan II pour le développement économique et social au Maroc, ont été invitées à partager leurs réflexions sur l’importance de l’éthique dans les affaires.

La CaixaBank et l’Institut Cervantes de Casablanca ont organisé une nouvelle édition du cycle de débats « Le Cercle » qui tournait autour de l’importance croissante de l’éthique des affaires à l’heure actuelle.

Adela Cortina, philosophe, écrivain et professeur émérite d’éthique et de philosophie politique, et Dounia Taarji, présidente du Fonds Hassan II pour le développement économique et social du Maroc, ont été invitées à partager leurs réflexions sur l’éthique des affaires lors d’une table ronde modérée par Ali Kadiri, consultant en stratégie et développement des affaires.

Lors de la rencontre, Adela Cortina a souligné que «parler de la relation entre l’éthique et les affaires est nécessaire pour au moins deux raisons: d’une part, l’éthique est rentable pour les entreprises à moyen et long terme; et d’autre part , les sociétés ont besoin d’entreprises éthiques pour prospérer. Ce sont les deux faces d’une même pièce. De plus en plus, les entreprises qui tentent de répondre aux demandes de leurs groupes d’intérêt augmentent leur compétitivité, car ce sont des entreprises citoyennes, génératrices d’alliés et non d’adversaires, et qui constituent également un bien public, puisqu’elles profitent à la société dans son ensemble.

Pour Dounia Taarji, «il est très important de parler d’éthique des affaires car les dérives de la mondialisation ont conduit à la nécessité de réintroduire l’élément humain au centre des décisions dans l’entreprise. Nous voyons comment les décisions des managers sont de plus en plus analysées du point de vue de leur sens moral. »