Bilan « positif » du développement de la compétitivité logistique

Les partenaires de la filière logistique, réunis mardi à  Casablanca, ont dressé un bilan « positif » de la stratégie nationale de développement de la compétitivité logistique (SNDCL).

Après la mise en place effective des organes de gouvernance de cette stratégie, dont l’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL), le bilan à mi-parcours est au-dessus des objectifs assignés, ont-t-ils convenu lors d’une conférence de presse, placée sous le thème « logistique et formation ».

Depuis son lancement en 2010, afin d’améliorer les performances de l’économie nationale et accompagner les autres stratégies sectorielles (Emergence, Maroc Vert, Halieutis), la SNDCL accorde une importance majeure à la formation des ressources humaines qualifiées, qui sont considérées un élément clé pour le développement de ce secteur, ont-ils soulignés.

En effet, cette stratégie, qui ambitionne, à l’horizon 2015, de réduire les coûts logistiques de 20 à 15 pc du PIB (soit le même ratio des pays émergents) et de générer 36.000 emplois, fait du volet formation un de ses chevaux de bataille, tant le besoin en ressources humaines dans ce secteur est important, ont-ils poursuivi.

Ainsi, pas moins de 60.000 personnes seront formés à l’horizon 2015 et plus de 173.000 à terme, ont-ils relevé.

Les intervenants ont également rappelé que la SNDCL devra contribuer, à l’horizon 2015, au développement durable du pays, à travers la réduction des nuisances (baisse de 30 pc du nombre de tonnes/kilomètres et de 35 pc des émissions CO2), outre l’accélération de la croissance du PIB, à travers l’émergence d’un secteur logistique compétitif.

Par ailleurs, les conférenciers se sont félicités du progrès significatif enregistré par le Maroc dans le secteur de la logistique, notamment son positionnement au 50ème rang mondial en 2012, sur la base de l’indicateur de performance logistique (LPI), au lieu du 94ème rang en 2007, soit 44 places gagnées en 5 ans, selon le rapport de la Banque Mondiale « Connecting to Compete 2012: Trade Logistics in the Global Economy ».

Cette performance, qui reflète, selon eux, le dynamisme que connait le Maroc dans le secteur de la logistique, grâce à la définition d’une stratégie claire, est due aux différents investissements en infrastructures de transports tous modes confondus et au développement du réseau de plateformes logistiques (Zones Logistiques Multi-Flux, ZLMF, notamment au niveau de Casablanca-Zenata).

Initiée par le ministère de l’équipement et du transport, en partenariat notamment avec la Fédération nationale du transport routier (FNTR), la Commission logistique de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), cette rencontre a été couronnée par la signature de deux conventions de partenariat par l’Institut supérieur de transport et de la logistique (ISTL).