Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 62%

Le taux de remplissage des barrages relevant du bassin hydraulique de Sebou a atteint au 12 janvier courant, 62% grâce aux dernières pluies et aux chutes de neige enregistrées dernièrement.

Le bassin de Sebou a connu depuis le 1er janvier « une pluie généralisée importante, avec une moyenne, du 1er au 12 janvier 2021, de plus de 150mm », selon l’Agence du bassin hydraulique de Sebou (ABHS), qui précise que ce chiffre représente près deux fois la moyenne au niveau du bassin par rapport au début du mois de janvier.

Les apports en eau enregistrés au niveau des différents barrages du bassin, pour la même période, s’élèvent à 515 millions de m3 dont 410 millions de m3 au niveau du barrage Al Wahda.

Le taux de remplissage des retenues des barrages relevant du bassin, varie entre 28 pc pour le barrage Kansera sur l’Oued Beht, et 102.5% au niveau du barrage Bouhouda dans la Province de Taounate

Le taux de remplissage moyen du bassin de Sebou dépasse la moyenne à l’échelle nationale qui est de seulement 44%, précise la même source.

Grâce à ces apports, les réserves en eau dans les retenues des grands barrages du bassin de Sebou s’élèvent actuellement à 3,462 Milliards de m3, dont 2, 229 MM de m3 au niveau de la retenue du barrage Al Wahda.

Ces réserves qui devront permettre de satisfaire les besoins en eau potable, industrielle, et d’irrigation, notamment, représentent 50% des réserves en eau enregistrées dans l’ensemble des barrages du Royaume, a fait savoir l’ABHS.

L’agence souligne, par ailleurs, que les dernières pluies enregistrées sont « bénéfiques pour les différentes nappes d’eau souterraines du bassin, qui s’alimente en eau soit par l’infiltration des eaux de pluie, soit par la fonte des neiges du Moyen Atlass ».

Le bassin de Sebou est l’un des plus importants bassins hydrauliques du Royaume avec des activités agricoles importantes sur plus de 1,8 million d’hectares, dont 357.000 ha irrigués, outre l’industrie agroalimentaire constituée de l’huile d’olive (60% de la production nationale) et du sucre (50%).

Il couvre une population de 6,2 millions d’habitants, dont près de 50pc urbaine, répartie sur 84 centres urbains, dont Fès, Meknès, Taza, Khémisset, Sidi Kacem et Kénitra.

 

(Avec MAP)