Autoroutes du Maroc : l’entretien du réseau coûte 500 MDH par an

La Société Nationale des Autoroutes au Maroc (ADM) a organisé, ce jeudi 11 Novembre un workshop qui s’est articulé autour de la thématique : « Les Grosses Réparations, une nécessité pour préserver le patrimoine autoroutier ».

 

La chaussée autoroutière a une durée de vie limitée et nécessite un entretien récurrent. En effet, à l’instar des autres ouvrages de génie civil, la chaussée des autoroutes possède une durée de vie spécifique estimée entre 10 et 15 ans. Cette durée de vie, qui est relativement courte en comparaison avec l’état d’autres ouvrages de l’autoroute (50 ans pour les ponts par exemple), impose un entretien plus récurrent de la chaussée dans le but d’en conserver le bon fonctionnement ? C’est ce qui ressort de cette rencontre thématique organisée par l’ADM.

Les principaux facteurs qui sont susceptibles d’influer sur les dégradations de la chaussée sont : le volume du trafic, l’agressivité des poids lourds et les conditions climatiques, notamment la pluviométrie et les variations subites de températures.

Ces différents facteurs provoqueront une dégradation de l’état opérationnel et de l’état structurel de la chaussée, d’abord d’une manière lente durant les premières années de l’exploitation, puis d’une manière accélérée au fur et à mesure de son vieillissement.

C’est ainsi qu’ADM entretient régulièrement le réseau national d’une manière scientifiquement et technologiquement élaborée, et ce dans l’objectif de maximiser le profit tiré des budgets accordés et d’accroître l’efficacité de l’entretien.

La société dispose d’outil avancé d’«Asset Management» constitué d’un système d’information  permettant entre autres d’obtenir une segmentation et un codage du réseau autoroutier sous forme de cartes numériques, ainsi qu’une collecte de données périodiques d’auscultation de l’état de la chaussée, une notation de l’état de la chaussée et une priorisation des sections à traiter.
Le système d’information est alimenté périodiquement par des mesures issues de différents appareils d’auscultation dotés d’équipements sophistiqués (appareils électroniques, unités laser, caméras vidéo, GPS …etc.). Ces données sont ensuite analysées par une équipe d’ingénieurs et d’experts afin d’évaluer les dégradations des différentes couches de la chaussée, et déterminer les priorités d’entretien en fonction des indicateurs mesurés sur les différentes sections du réseau autoroutier.

Une fois que les sections d’autoroute prioritaires ont été identifiées, une phase d’études approfondies est alors entamée. Elle repose sur la mobilisation d’experts nationaux et internationaux, mais aussi de laboratoires spécialisés dans le domaine.
Une visite de l’itinéraire est effectuée afin d’affiner le diagnostic sur la qualité de la chaussée et expliquer les mécanismes ayant conduit à l’apparition des dégradations. Un laboratoire national compétent est ensuite chargé de prélever des échantillons au niveau des différentes couches de la chaussée afin d’effectuer des tests permettant de mesurer les caractéristiques résiduelles de ces couches. Ces investigations complémentaires permettent à l’équipe des ingénieurs et experts de disposer de données utiles basées sur des critères scientifiques.

 

Les chantiers des grosses réparations de la chaussée autoroutière actuellement en cours 

 

Le programme 2021-2023 des grosses réparations de la chaussée se composent de neuf chantiers répartis sur les différentes régions couvertes par le réseau autoroutier, et totalisent un linéaire de 226 Km pour un coût global de 1,1 Milliards de Dirhams.

Une nouvelle stratégie d’allotissement a été adoptée dans ce programme afin de mieux répartir les différents lots travaux entre les composantes de l’écosystème marocain.

C’est ainsi que les tronçons suivants feront l’objet de travaux de grosses réparations sur la période s’étalant de 2021 à 2023 :

-Rabat – Moulay Bousselham sur 24 Km ;
-Kénitra – Sidi El Yamani sur 31 Km ;
-Sidi El Yamani –Asilah sur 16,7 Km ;
-Tanger – Port Tanger Med sur 20,3 Km ;
-Rabat – Meknès sur 35,5 Km ;
-Meknès-Fès sur 32 Km ;
-Fès – Oujda sur 17,4 Km ;
-Loudaya – Chichaoua sur 33 Km ;
-Chichaoua – Agadir sur 16,6 Km.