Assurance : la prime pour catastrophes naturelles acquittée «à contrecœur» !

Un grand dispositif de communication a été déployé pour vulgariser la couverture auprès des citoyens.

Chez les assureurs et les courtiers, la campagne de renouvellement des polices d’assurance de cette année ne ressemble pas aux précédentes. La nouveauté est le renchérissement des contrats d’assurance né de la nouvelle prime à appliquer pour la couverture des dégâts des catastrophes naturelles. Selon plusieurs courtiers et agents, la clientèle, dans une large mesure, n’est pas au courant du changement de la législation et, en conséquence, de la tarification. Du coup, les conseillers et forces de ventes des compagnies se livrent à des argumentaires qui ne finissent pas à chaque renouvellement de contrat. Ils ont beau présenter le changement et les avantages qu’il est censé apporter pour couvrir l’assuré, mais ce dernier reste peu sensible à l’argumentation, puisque, in fine, il va passer à la caisse. Responsables de compagnies, agents et courtiers que le différentiel est acquitté de manière quasi forcée, du moment que l’assuré n’a pas le choix et que la prime est paramétrée dans les systèmes de pricing de toutes les compagnies. Pour changer cette attitude et aider les équipes des compagnies d’assurance, un grand dispositif de communication est déployé dans les médias. Objectif : présenter aux citoyens le changement de manière très vulgarisée et qui fait appel aux émotions et à la conscience. Dans le spot, on voit deux clans qui ont deux idées opposées sur l’apport de la couverture contre les catastrophes naturelles. Ils essaient à tour de rôle de défendre leurs points de vue avant de se ranger, tous ensemble, du côté du clan favorable à l’institution de la nouvelle assurance.

A noter qu’à partir du 1er janvier 2020, les polices d’assurance seront étendues pour couvrir les conséquences de catastrophes naturelles de manière obligatoire en vertu de la loi 110-14.