ANAPEC et TIBU-Maroc s’allient pour accompagner les jeunes à l’insertion professionnelle par le sport

Une convention de partenariat a été signée, récemment à Casablanca, entre l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) et l’Association TIBU-Maroc pour l’accompagnement des jeunes à l’insertion professionnelle par le sport.

Cet accord vise à assurer l’insertion socio-économique des jeunes dans le domaine du sport, qui présente un grand potentiel pour l’emploi, surtout pour ceux qui trouvent des difficultés à entrer dans la vie active pour différentes raisons, indique lundi un communiqué conjoint de l’ANAPEC et de TIBU-Maroc.

Il a, également, pour buts d’accompagner les jeunes bénéficiaires des programmes d’inclusion socio-économique par le sport, notamment le programme Initiative Intilaqa, les jeunes en situation de NEET (ni à l’emploi, ni en enseignement, ni en formation), les migrants en situation régulière, « les Marocains de retour », ainsi que les bénéficiaires du programme de l’école de la deuxième chance orientée métiers du sport, précise-t-on.

Cette convention a, aussi, pour objectifs le renforcement des capacités des jeunes en matière de techniques d’insertion professionnelle et développement des compétences de vie et la sensibilisation, la formation et l’accompagnement des jeunes porteurs de projets sportifs.

Après une phase pilote qui sera déployée dans la région Casablanca-Settat, le dispositif sera généralisé progressivement sur tout le territoire marocain.

L’Association TIBU dispose de 19 centres présents dans 8 régions et 14 villes.

A cette occasion, le directeur général de l’ANAPEC, Abdelmonnime El Madani a souligné que ce partenariat représente pour l’Agence « une opportunité idéale pour prendre en charge une cible plus ou moins isolée et dont la confiance est difficile à regagner, d’où le rôle de TIBU Maroc qui a capitalisé une expertise confirmée dans ce domaine ».

Il s’agit de femmes, de jeunes en situation de NEET, d’immigrés régularisés et de personnes en situation de handicap ou en milieu carcéral, a-t-il précisé, , cité par le communiqué, relevant que « toutes ces catégories nous doivent un service public qui, par définition, doit être universel, inclusif et de proximité ».

El Madani a, dans ce sens, estimé que la dimension humaine doit primer avant toute autre considération économique ou technique dans le domaine de l’emploi.

Dans la même veine, le président fondateur de l’Association TIBU-Maroc, Mohamed Amine Zariat, a affirmé que cette collaboration permettra aux jeunes bénéficiaires des programmes axés sur l’inclusion socio-économique par le sport de mieux approcher le marché du travail, s’armer des compétences clés et ouvrira de nouvelles perspectives d’insertion professionnelle et d’entrepreneuriat.

Fondée en 2011, TIBU-Maroc est une ONG marocaine qui utilise la force du sport pour concevoir des solutions sociales et innovantes dans le domaine de l’éducation, l’autonomisation et de l’inclusion socio-économique des jeunes par le sport.

Elle reconnaît que le pouvoir du sport offre une durabilité transformationnelle aux praticiens, enfants, jeunes, femmes et personnes ayant des besoins spécifiques, à savoir une meilleure santé, des communautés soudées, de plus grands accomplissements sportifs et une identité plus forte.

(Avec MAP)