Aides médicales : L’initiative royale en faveur de certains pays africains largement saluée

• Connaissant l’évolution de la pandémie sur le continent, conscient des besoins des pays africains pour y faire face, S.M Mohammed VI insiste sur la nécessité d’une «démarche pragmatique, orientée vers l’action et le partage d’expériences».

Au delà des pays concernés par les aides médicales qui leur ont été envoyées par le Maroc, sur instructions de S.M le Roi, plusieurs observateurs et médias internationaux ont largement commenté cette initiative humanitaire. L’initiative royale constitue «un signal fort pour la coopération Sud-Sud», commente-t-on notamment dans la presse française. Ainsi et dans le sillage de son engagement pris en avril de renforcer la solidarité Sud-Sud, S.M Mohammed VI a ordonné l’envoi d’aides médicales à 15 pays subsahariens. Ce qui fait dire à certains médias que cette initiative reflète «le retour du soft power marocain en Afrique subsaharienne». Cette aide, insiste-t-on, comprend 8 millions de masques, 900000 visières, 600 000 charlottes, 60 000 blouses, 30 000 litres de gel hydroalcoolique, 75000 boîtes de chloroquine et 15000 boîtes d’azithromycine, «le tout en provenance des usines marocaines conformément aux normes exigées par l’OMS». C’est beaucoup plus que la Chine et ses six millions de masques distribués aux 54 États africains, souligne à ce propos un magazine français. L’initiative du Maroc n’a rien d’opportuniste, contrairement à certains pays, relève-t-on, le Royaume a multiplié les initiatives diplomatiques et les investissements, mais aussi, et surtout, les initiatives de solidarité et de partenariat ces dernières années en Afrique, cultivant son «soft power» sur le continent, depuis son retour dans l’Union Africaine et même bien avant.
Le Maroc qui a également montré ses capacités et son efficacité face au Covid durant cette crise sanitaire, ne manquera certainement pas de faire bénéficier ces pays de son expérience. Bref, ces aides médicales viennent en concrétisation à l’annonce faite par le Souverain en avril dernier concernant le lancement d’une «action de solidarité» en faveur des pays africains pour permettre «un partage d’expérience» dans la gestion de la pandémie.
Plutôt que de multiplier les visioconférences de plaidoyers et d’annonces, relève cet observateur, le Souverain marocain, «qui est au fait de l’évolution de la pandémie sur le continent et est conscient des besoins des pays africains pour y faire face», insiste sur la nécessité d’une «démarche pragmatique, orientée vers l’action et le partage d’expériences».