Vacances : composer son voyage ou opter pour un pack ?

Le coût d’un séjour composé en Turquie peut être 40% plus cher qu’un voyage organisé. Opter pour un voyagiste pour les voyages au Maroc peut réduire la facture jusqu’à  80%. Pour les destinations exotiques, acheter à  partir d’une agence étrangère est parfois plus avantageux.

Avant même l’arrivée des vacances d’été, les agences de voyages commencent déjà à rivaliser en proposant divers packs au Maroc comme à l’étranger. Les destinations étrangères les plus prisées demeurent la Turquie, l’Espagne, l’Egypte ou encore la Thaïlande et la Malaisie. Au Maroc, Agadir, Saïdia ou encore Dakhla sont aussi très prisées. Il faut dire aussi que ces derniers temps, les Marocains osent de plus en plus les destinations lointaines à l’instar de la Chine ou la République dominicaine.

Cela dit, tous les Marocains n’optent pas pour les packages commercialisés par les agences de voyages. Certains préfèrent confectionner eux-mêmes leur séjour. Cela est-il plus intéressant, du moins financièrement ?

En fait, en fonction de la destination choisie, composer son voyage soi-même n’est pas toujours une bonne solution. Exemple : si un séjour en Turquie coûte chez les voyagistes, pendant la période du 15 au 22 juin, entre 8 950 DH et 10 550 DH par personne, dans un hôtel 4* en formule petit-déjeuner, il se trouve que pour la même période et pour un circuit pareil, composer soi-même son voyage est 40% plus cher. Ainsi, en supposant qu’un couple prenne le pack, le prix du voyage organisé peut s’élever à 17 880 DH. En revanche, pour le même circuit et la même durée, il coûtera plus de 25 000 DH. Déjà, rien qu’avec un billet d’avion aller-retour coûtant 10 740 DH et 7 nuitées dans un hôtel 4* en chambre double dans le quartier central d’Istanbul, à savoir la place Taxim, à un prix de 10 342 DH TTC, le coût ressort à 21 082 DH (18% de plus que tout le pack). En y ajoutant la visite des principaux musées et monuments à l’instar de la mosquée bleue dont le ticket d’entrée est de 140 DH, la Sainte Sophie à 232 DH, le palais Topkapi et le Harem à 80 DH, celui de Beylerbeyi à 93 DH et le musée de Kariye, le prix s’élève à 21 766 DH. A cela, on peut également intégrer une visite à l’Ile des Princesses qui comprend le transfert en ferry et un tour en calèche à 1 221 DH, en plus d’une promenade sur le Bosphore à 111,40 DH. Il faut compter en outre les charges de transport. «Le déplacement en taxi est coûteux en Turquie. Les gens lui préfèrent le bus ou le tramway», rapporte un touriste marocain qui a opté pour un voyage au détail. En tout cas, cette charge peut dépasser 1 500 DH, et ce, sans inclure le transfert entre l’hôtel et l’aéroport qui, lui, coûte près de 400 DH.

Les voyagistes expliquent cette différence de prix par le succès que connaît cette destination auprès des Marocains, «ce qui nous permet de négocier tant le prix des hôtels que ceux des vols. Une réduction allant jusqu’à 30% peut être opérée sur les nuitées si l’on arrive à réserver à l’avance et pour toute la saison estivale», explique un voyagiste. Il faut préciser toutefois que le prix du voyage organisé n’est pas toujours fixe, puisqu’il peut y avoir des surprises une fois sur place. Des fois, des visites en option, des repas ou des promenades ne sont pas inclus dans le pack. Mais dans tous les cas, le pack demeure plus intéressant.

Pour certaines destinations, cela revient au même…

Si l’option d’un voyage organisé en Turquie avec une agence est avantageuse par rapport à un séjour personnalisé, cela n’est pas forcément le cas pour d’autres destinations. Par exemple, un séjour à Las Palmas pour 8 nuits et 7 jours en demi-pension est proposé par une agence à 7 180 DH, soit 14 360 DH pour deux personnes. Cela dit, si l’on confectionne soi-même ce voyage, il reviendra à 14 200 DH, soit un prix légèrement inférieur par rapport à l’agence. Dans le détail, le billet d’avion aller-retour pour deux personnes coûte 5 362 DH. Parallèlement, 8 nuitées dans le même hôtel en chambre double atteignent le prix de 6 995,50 DH TTC, ce à quoi il faut ajouter le transfert entre l’aéroport et l’hôtel au prix de 1 820 DH.

En fait, la différence des prix n’est pas significative dans ce cas parce que les voyageurs préfèrent souvent se rendre à cette destination par leurs propres moyens, sans faire appel à une agence de voyages. Ce qui limite le pouvoir de négociation des voyagistes avec les hôtels, craignant ainsi des pertes au niveau des nuitées qui seraient payées à l’avance, sans pouvoir pour autant les remplir.

Mis à part les pays étrangers, les Marocains visitent de plus en plus les destinations locales en faisant appel aux agences de voyages. Ces dernières mettent en effet le paquet pour promouvoir le tourisme interne et offrir des prestations à des personnes à petit budget. D’ailleurs, la part du tourisme interne ne cesse d’augmenter d’année en année. Elle a même atteint près de 28% dans la région du Sud.
Pour exemple, un voyage organisé à Dakhla en pension complète pendant 4 nuits et 5 jours peut coûter 7 900 DH pour deux personnes. En optant pour le même voyage sans recourir à une agence, il totaliserait 13 260 DH, soit 70% de plus qu’avec une agence. Ce différentiel n’est pas attribuable au programme du séjour qui comprend des excursions à des dunes, des massages, des tours en 4×4, qui peuvent s’effectuer au prix de 350 DH pour chaque prestation, mais plutôt aux prix des nuitées à l’hôtel. En effet, le prix appliqué pour un individu pour une seule réservation n’est pas le même que pour un voyagiste qui réserve des nuitées «au gros».

Les destinations exotiques sont aussi de plus en plus demandées par les Marocains. «Bien qu’elle soit faible du fait de la cherté de l’offre, la demande sur des destinations à l’instar de la République dominicaine, l’Ile de la Réunion ou la Chine commencent à se développer», explique un voyagiste. Sauf que les Marocains, de plus en plus avertis, n’hésitent pas à comparer toutes les offres et peuvent acheter leur séjour à partir d’une agence étrangère, quitte à supporter le prix du voyage vers le pays de départ, si cela vaut le coup. Car même en achetant un billet d’avion et deux nuitées supplémentaires, le prix d’un voyage organisé à partir d’une agence étrangère peut être plus attractif.

En effet, une agence marocaine propose un séjour de 8 jours et 7 nuits en République dominicaine dans un hôtel 4*, all inclusive au prix de 18 500 DH TTC, soit 37 000 DH pour 2 personnes, et ce, sans compter les frais de visa et d’assurance.
En même temps, un voyagiste en France propose le séjour dans les mêmes conditions à 14 574 DH à partir de Marseille. Si un Marocain opte pour cette dernière formule, il doit acheter un billet d’avion aller-retour vers Marseille en plus d’une nuitée, au moins, dans un hôtel dans la ville. Si on compte le prix du vol dans une compagnie low cost pour deux personnes à 3 842 DH, en plus de deux nuitées dans un hôtel proche de l’aéroport dans une chambre double avec petit-déjeuner à 2 822 DH, le coût total du voyage s’établit à 35 810 DH, soit 3,2% de moins par rapport au prix de l’agence marocaine.

Si cette option demeure avantageuse (légèrement dans ce cas), elle est rendue difficile par un obstacle de taille. Il s’agit de l’impossibilité d’effectuer des virements en devises à partir du Maroc. Pour détourner cette contrainte, les Marocains recourent à d’autres moyens. Ils peuvent ainsi demander à l’un de leurs proches vivant à l’étranger de payer le voyagiste avant de le rembourser une fois rentré au Maroc en puisant dans la dotation touristique plafonnée à 40 000 DH par an. On peut toutefois acheter un voyage sur le net, mais le montant des achats électroniques est plafonné à 10 000 DH par an, ce qui peut ne pas suffir pour se rendre dans certaines destinations .