Unimer : Premiers résultats arrêtés au 31 décembre satisfaisants

Première communication financière au 31 mars réussie pour le spécialiste de la conserve de poisson Unimer. Les indicateurs financiers de cet industriel, arrêtés cette année au 31 décembre 2010 suite à la modification de son exercice fiscal pour coller sur une année civile, et portant exceptionnellement cette fois-ci sur neuf mois d’activité en raison de ce changement, font état d’une croissance honorable. Dans une année 2010 caractérisée par des débarquements importants d’espèces pélagiques, mais dans le cadre d’une campagne de pêche tardive et irrégulière, la société a pu réaliser un chiffre d’affaires de 444,6 MDH, en hausse de 13,6% par rapport au chiffre d’affaires proforma (sur neuf mois) arrêté le 31 mars 2010. Plus de 40% de ce volume d’activité a été généré par la nouvelle activité de semi-conserves d’anchois, acquise en 2010 suite à la fusion d’Unimer avec la Monégasque Vanelli, opérée pour donner naissance à un champion national d’envergure internationale, bénéficiant de fortes synergies entre les activités de conserves de sardines et de semi-conserves d’anchois.
Le résultat d’exploitation a, lui, enregistré une croissance plus forte que celle de l’activité, grâce à une nette amélioration du rendement de la matière transformée et de la productivité de la main-d’œuvre. Il s’est établi en effet à 62,7%, en hausse de 21% par rapport au 31 mars 2010. La marge opérationnelle de la société gagne de ce fait près d’un point pour s’inscrire à 14,1%. Mais en raison d’un résultat financier qui vire au rouge, suite au poids de l’endettement consécutif à l’opération de fusion avec la Monégasque Vanelli, et de la constatation de certaines charges non courantes, le bénéfice net limite sa progression à 6,7% pour se fixer à 47,9%. La marge nette perd ainsi 0,7 point, à 10,8%, ce qui a poussé le management, dans cette phase d’investissement, à ne distribuer qu’un dividende de 3 DH par action de 10 DH de valeur nominale, soit un total de 30 MDH qui établit le taux de distribution à 63%, contre 4 DH par action un an auparavant.
Pour ce qui est des perspectives, le management du groupe Unimer compte focaliser toutes ses énergies pour atteindre l’objectif stratégique prioritaire défini par le nouvel ensemble, à savoir développer les synergies entre les différentes entités du groupe. Il va par ailleurs, conformément à son plan de développement, se pencher sur la prochaine fusion-absorption de la société Corcenor, qui est un opérateur de taille dans le secteur des conserves de sardines et de Maquereaux, afin de définir les modalités et le calendrier de l’opération. Notons qu’au terme de neuf mois d’exploitation, arrêtés au 31 décembre 2010, Corsenor a réalisé un chiffre d’affaires de 233,6 MDH et un résultat net de 18,4 MDH.