UNIMER : l’annonce de la fusion avec la Monégasque Vanelli a propulsé le cours du titre

Le cours boursier de la valeur Unimer a connu une évolution sans précédent au cours de ces derniers mois. Entre fin mai et le 13 septembre, il a progressé de près de 57% pour atteindre les 1 397 DH. Les analystes de la place expliquent que cette hausse vertigineuse était attendue. L’annonce par la filiale du groupe Sanam de son intention de fusionner avec la société «La Monégasque-Vanelli Maroc» devait en effet automatiquement relever le cours d’Unimer.

A l’occasion de la publication de ses résultats annuels, arrêtés au 31 mars 2010 et publiés au cours du mois de juin, Unimer a annoncé qu’une étude a été lancée par son management pour analyser les possibilités de fusion avec La Monégasque-Vanelli Maroc, leader mondial des semi-conserves d’anchois avec un chiffre d’affaires de 503 MDH et un résultat net de 31 MDH.

Aujourd’hui, les conclusions de cette étude ont été présentées au conseil d’administration d’Unimer, lequel a acté le principe de procéder à la fusion-absorption de La Monégasque-Vanelli au 31 décembre 2010, avec un effet rétroactif au 1er janvier 2010. Cette fusion se fera par voie d’augmentation de capital d’Unimer, réservée exclusivement aux actionnaires de la société à absorber. Le conseil d’administration d’Unimer a d’ailleurs donné pouvoir à son président de définir les modalités finales de cette opération, de procéder à la fusion, d’accomplir toutes les formalités de publicité et de dépôt et de convoquer une assemblée générale extraordinaire des actionnaires.

Notons par ailleurs qu’Unimer prépare une autre opération de fusion-absorption. Celle-ci concerne la société Consersor, un important opérateur dans le secteur des conserves de sardines et de maquereaux avec un chiffre d’affaires de 308 MDH et un résultat net de 24,4 MDH. Cette deuxième fusion sera réalisée dès que la première opération, avec La Monégasque-Vanelli, sera bouclée. Ainsi, Unimer est sur le point de tripler de taille, et cela n’a pas manqué de propulser son cours à des niveaux très élevés. Selon certains analystes, cette progression devrait se poursuivre jusqu’à l’annonce officielle de la fusion, d’autant plus que les ratios boursiers de la société sont toujours intéressants, et ce, avant même d’intégrer le poids des sociétés à fusionner dans la valorisation de son titre. En effet, le PER (Price earning ratio) estimé pour l’année 2010 d’Unimer est de 16,7, inférieur à celui du marché casablancais, et son rendement de dividende est de près de 4% contre 3,5% pour l’ensemble de la cote.

Rappelons qu’Unimer a réalisé au titre de son exercice 2009/2010 un chiffre d’affaires de 333 MDH, en hausse de 16,6% par rapport à 2008/2009. Pour sa part, son résultat d’exploitation a augmenté de 63%, à 52,6%. Quant au résultat net, il est passé de 30,3 MDH en 2008-2009 à 43,5 MDH en 2009-2010.