Un bon cru pour la bourse tunisienne

Le secteur bancaire booste la masse bénéficiaire globale (+120 MTND). 46 sociétés sur 49 ont amélioré leurs bénéfices en 2018.

La cellule Recherche & Analyses de BMCE Capital Research (BKR) ressort avec un bilan positif de la bourse tunisienne en 2018. Le marché a clôturé l’année 2018 sur une note positive de 15,76% (contre +14,45% en 2017 et +8,86% en 2016), profitant des anticipations positives des investisseurs quant à la bonne orientation de l’activité commerciale des sociétés cotées, affichant ainsi un chiffre d’affaires total en hausse de 13,8% à 11,8 milliards de TND (38,5 milliards de DH).

En effet, malgré une persistance des revendications sociales et des tiraillements politiques, les investisseurs semblent rassurés par les performances opérationnelles des sociétés cotées. Ils ont d’ailleurs continué à privilégier le marché boursier à celui des taux, compte tenu des rendements très attractifs enregistrés par certaines valeurs mobilières, notamment ICF (550,6%), Sopat (121,6%), Sotetel (109,5%), ou encore Tunisair (81,4%) et Sotuver (73%).

Le secteur des holdings plombé par Ennakl Automobiles

Dans le détail, la hausse des revenus globaux du marché à fin 2018 est principalement liée aux réalisations positives du secteur bancaire. Ce dernier continue d’afficher des performances commerciales en amélioration, malgré des contraintes conjoncturelles liées à un manque de liquidités et une rareté des bonnes signatures.

En effet, les 12 banques cotées ont affiché un PNB de 4,5 milliards de DH, en appréciation annuelle de 19,6%. Cette performance est à mettre à l’actif de l’ensemble des banques de la place affichant, courant cette période, une progression à deux chiffres de leur PNB à l’exception d’Amen Bank et ATB qui enregistrent des évolutions plus limitées à seulement 4%.

Même scénario pour le secteur des holdings qui a réalisé une performance satisfaisante (+14,3%) à 3 milliards TND.
Dans une moindre mesure, les revenus du secteur de la distribution spécialisée se sont repliés de 3,2% à 423,5 M TND, suite à la baisse de l’activité d’Ennakl Automobiles, impactée comme ses concurrents par la combinaison de plusieurs facteurs, à savoir la dégradation du dinar, la baisse du pouvoir d’achat des ménages ainsi que la décision des autorités de réduire en 2018 les quotas d’importation de voitures de 20% par rapport à 2017 pour atténuer le déficit de la balance commerciale. Malgré cette régression, le concessionnaire s’est positionné en 2018 en tête des importateurs des véhicules neufs (toutes marques confondues) avec 6 310 immatriculations, soit une part de marché de 12,3%.

Dans ces conditions, le résultat d’exploitation global affiche, quant à lui, une appréciation de 17,2% à 3,5 milliards de DH intégrant une progression du résultat brut d’exploitation du secteur bancaire de 17,3% à 2,6 milliards de DH, malgré une régression du RBE d’Arab Tunisian Bank -ATB- de 17,8% à 98,5 MTND (importante hausse des charges d’exploitation, notamment les charges de personnel) et d’Amen Bank (-4% à 228,4 MTND). Une amélioration de 33,5% du résultat d’exploitation des holdings à 344,8 MTND. Ainsi que la progression du REX du secteur chimie, passant de 25,6 M TND en 2017 à 50,3 MTND une année plus tard, favorisé par la performance exceptionnelle de la société les Industries Chimiques du Fluor -ICF- résultant de l’effet combiné de la hausse de sa production (de près de 20%) et l’augmentation des prix unitaires de ventes (avoisinant +50%) dans un contexte d’éviction partielle du marché de son principal concurrent à l’international.

Au final, la capacité bénéficiaire des 49 sociétés ayant publié leurs états financiers consolidés/individuels affiche une appréciation de 11,2% à 1,9 milliard TND par rapport à l’année 2017, portée principalement par les réalisations du secteur bancaire, holdings et chimie.

Dans le détail, 36 sociétés ont connu une croissance positive et 13 ont affiché un repli de leurs résultats nets à fin 2018. Sur ces 49 sociétés, 46 sont bénéficiaires. Les trois déficitaires appartiennent aux secteurs bancaire (WIB), du leasing (Modern Leasing) et de l’immobilier (Simpar). Par secteur, les 12 banques cotées tunisiennes ont dégagé un bénéfice net cumulé, en progression de 11,1% à 1,2 milliard TND, soit 63,2% de la capacité bénéficiaire globale du marché tandis que la masse bénéficiaire globale des holdings confirme sa bonne tenue avec un bénéfice net de 260 MTND (soit +16,4%), tirée principalement par les réalisations des deux grands Groupes tunisiens opérant dans ce secteur, à savoir PGH et OTH.

En termes de contribution négative, la capacité bénéficiaire du secteur services financiers (leasing) a chuté en 2018 de 20,1% pour se situer à 47,5 M TND contre une croissance des bénéfices à deux chiffres en 2017 (+22% à près de 60 M TND). En effet, cette baisse du résultat global des sociétés de leasing est expliquée par le ralentissement de l’activité provenant principalement de la limitation des ressources des leasers suite à l’assèchement de la liquidité bancaire.