Trois portefeuilles actions qui ont fait plus de 40% en deux ans, malgré la crise !

BMCE Capital Bourse, Attijari Intermédiation et Dar Tawfir livrent leurs sélections de valeurs. Les pondérations et les titres retenus diffèrent, mais les trois portefeuilles affichent tous des performances supérieures à  celle du Masi.

Constituer un portefeuille actions est un exercice pour le moins laborieux. Le choix des valeurs et la détermination des pondérations optimales nécessitent en effet une analyse approfondie de chaque titre, aussi bien sur le plan fondamental (croissance prévisionnelle de l’activité et de la rentabilité, investissements, endettement…) que technique (analyse des cycles, volatilité, changement des supports et résistances…). Pour les investisseurs particuliers qui n’ont pas la capacité ou le temps de faire toutes ces analyses, deux options s’offrent à eux : investir dans un Organisme de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM), ou répliquer l’un des portefeuilles actions que proposent les principales sociétés de Bourse de la place.
Si le premier choix est le plus favorisé par les personnes physiques, compte tenu des avantages qu’il leur offre (notamment aucune gestion directe de la part de l’investisseur et possibilité d’entrer et de sortir des fonds à tout moment), le second est également intéressant. Nous avons demandé à cinq sociétés de Bourse, parmi les plus importantes et notamment celles qui disposent de départements de recherche structurés, de nous livrer leurs sélections de valeurs. Trois se sont prêtées au jeu. Les résultats livrés par BMCE Capital Bourse, Attijari Intermédiation et Dar Tawfir, filiale de CFG Group (voir tableau), affichent toutes des performances supérieures à celle du Masi, indice de toutes les valeurs cotées. Et même en période de baisse du marché, comme c’était le cas en 2009, les portefeuilles proposés se sont bien comportés, réalisant une variation positive.
Le choix des valeurs et de leurs pondérations par les sociétés de Bourse tient compte de plusieurs facteurs, dont principalement leur poids dans la capitalisation boursière du marché ou dans l’indice de référence du portefeuille, la rentabilité attendue des titres et du risque que ces derniers présentent. Les sélections répondent également à une logique de diversification sectorielle, dans la mesure où tous les principaux secteurs cotés sont représentés, qu’ils soient matures et peu risqués comme les télécoms ou l’agroalimentaire, ou volatiles mais à fort potentiel de croissance comme les nouvelles technologies ou la distribution.

Performance de 29% depuis début janvier pour le portefeuille de BMCE Capital

Le portefeuille actions proposé par BMCE Capital Bourse (actualisé en octobre) est composé de 24 valeurs. Banques, immobilier, télécoms, agroalimentaire, assurances, mines, informatique… quasiment tous les secteurs de la cote y sont représentés. La pondération attribuée par la société de Bourse à chaque valeur tient compte, bien entendu, de son poids dans le marché. C’est ainsi que Maroc Telecom pèse, par exemple, 13,46% dans le portefeuille qu’elle propose. Mais ce n’est pas tout. Les pondérations sont également fonction de la rentabilité et des risques attendus par les analystes qui ont conçu le portefeuille. C’est pour cela, par exemple, que le poids de Wafa Assurance a été fixé par BMCE Capital à 7,25%, même si la valeur pèse beaucoup moins dans le marché, et que la pondération de Sonasid a été limitée à moins de 1%, sachant que sa capitalisation boursière est presque de la même taille que celle de Wafa Assurance. C’est dire que les analystes de la société de Bourse s’attendaient à ce que le titre de l’assureur grimpe, et à ce que celui du sidérurgiste subisse une correction. Leur pari s’est avéré finalement payant, puisque le cours de Wafa Assurance a augmenté de 47% depuis le début de l’année, et celui de Sonasid affiche un léger recul de 0,6%.
En tout cas, le portefeuille de BMCE Capital Bourse affiche une bonne performance depuis le début de l’année. Elle était de 29,3% à la clôture du 17 décembre, contre une hausse de 21,7% pour le Masi. Sur deux ans, c’est-à-dire en incluant la baisse du marché en 2009, la performance du portefeuille ne diminue pas. Au contraire, elle est supérieure de 12 points par rapport à celle de cette année, alors que la progression du Masi depuis janvier 2009 se limite à 15,75%.

Potentiel de hausse de 12% d’ici à mars 2011 pour le portefeuille d’Attijari Intermédiation

Chez Attijari Intermédiation, la sélection de valeurs proposée aux investisseurs, actualisée en novembre, ne comporte pas de pondérations. Selon les responsables de la société de Bourse, l’objectif est de ne pas influencer les orientations et les objectifs des investisseurs, et de leur laisser la liberté de fixer leurs propres pondérations aux valeurs retenues, selon leurs profils de risque.
En tout cas, les dix valeurs sélectionnées par Attijari Intermédiation affichent toutes des variations positives, depuis le début de l’année mais aussi depuis janvier 2009, à l’exception de Sonasid, toujours maintenue dans son portefeuille malgré sa contre-performance. En l’absence de pondérations, et si on suppose une répartition du portefeuille à parts égales entre les dix valeurs, sa performance depuis janvier 2010 s’élève au 17 décembre à 46,3% (moyenne arithmétique des progressions des dix valeurs), et sa progression depuis début 2009 atteint les 50%.
Notons que la société de Bourse vient de confirmer la pertinence de ses choix, après avoir passé en revue, en novembre dernier, les fondamentaux et les indicateurs techniques du marché et des valeurs qu’elle a retenus en début d’année. Elle s’attend par ailleurs à ce que son portefeuille réalise une hausse supplémentaire de 12% (en moyenne arithmétique) d’ici à mars 2011.
Quant à Dar Tawfir, elle propose deux portefeuilles aux investisseurs, le premier est dit «dynamique», plus rémunérateur mais plus risqué, et le second est appelé «prudent», offrant une plus grande diversification.

Un portefeuille «dynamique» et «prudent» proposé par Dar Tawfir

Le portefeuille dynamique de Dar Tawfir comporte généralement des valeurs représentant 40 à 60% de la capitalisation boursière du marché. A sa dernière mise à jour, en octobre dernier, il regroupait dix titres, dont les principaux en termes de pondération appartiennent aux secteurs bancaires, de l’immobilier et des télécoms. Sa performance depuis le début de l’année est de 29,3%, soit 7,5 points de plus que celle du Masi. Et depuis janvier 2009, sa progression atteint 34%, soit le double de la performance du marché boursier.
Le portefeuille prudent contient, lui, quatre valeurs supplémentaires par rapport à la sélection dynamique. Il affiche une hausse de 27,85% depuis le début de l’année, soit 1,45 point de moins que le portefeuille risqué. Cela dit, sa progression depuis janvier 2009 atteint 40,25%.