Télécoms : rentabilité en retrait pour l’opérateur historique

La tendance de l’année 2010 ne s’est pas renversée pour Maroc Telecom au cours du premier semestre 2011. L’activité et les résultats sont toujours orientés à la baisse, et ce, malgré un accroissement du parc clients de 16,5%, à 27,5 millions. Il faut dire que la recrudescence de la concurrence, avec Méditel qui gagne en maturité et Inwi qui monte en puissance, a eu comme effet de tirer les prix de la communication dans le mobile à la baisse. Chez l’opérateur historique, la baisse des prix a été de 24%, impactant son chiffre d’affaires consolidé qui s’inscrit en recul de 0,8% au 30 juin 2010, à 15,3 milliards de DH.
Sur le plan de l’exploitation, le léger retrait du chiffre d’affaires a été amplifié, d’autant que l’opérateur poursuit sa politique d’investissement dans l’extension du réseau et du système. Ainsi, le résultat opérationnel s’est contracté de 8,3% par rapport à juin 2010, à 6,1 milliards de DH. La marge d’exploitation franchit, de ce fait, à la baisse le seuil de 40% pour s’établir à 39,8%.
Par conséquent, le résultat net part du groupe marque un recul de 10,3%, à 3,9 milliards de DH. Ce qui fixe la marge nette à 26% contre 28,8% une année auparavant.

Notons qu’au Maroc le chiffre d’affaires de l’opérateur est en baisse de 1,7%, sachant que le résultat opérationnel affiche un recul de 8,6%. L’activité est également en retrait au Burkina Faso (-7,6%) et au Gabon (-7,8%), du fait d’importantes baisses de prix dans un environnement  concurrentiel plus intense. En Mauritanie, l’activité affiche une légère progression de 1%, tandis qu’au Mali, la croissance a été de l’ordre de 40%.

Pour ce qui est, enfin, des perspectives sur le reste de l’année, Maroc Telecom table désormais sur un chiffre d’affaires en légère baisse à fin 2011, et sur une marge opérationnelle comparable à celle du premier semestre.