Taslif émet un emprunt obligataire de 50 millions de dirhams

Le management de la société de crédit Taslif a été autorisé par l’assemblée générale de ses actionnaires à procéder à un ou plusieurs emprunts obligataires d’un montant total maximum de 100 millions de dirhams et ce, dans un délai de cinq ans. Suite à cette autorisation, Taslif procède actuellement à une émission d’obligations d’un montant de 50 millions de dirhams.
Taslif cherche, à travers cette levée de fonds, à diversifier ses sources de financement, à faire face à l’allongement de la durée moyenne des crédits octroyés, en adossant les ressources aux emplois et, enfin, à financer le développement de son activité. Ainsi, l’émission obligataire porte sur 500 obligations de 100 000 dirhams chacune d’une maturité de cinq ans. L’offre est structurée en deux tranches de 25 millions de dirhams chacune, l’une cotée et l’autre non.
La période de souscription à l’opération va du 13 au 15 septembre 2006, et la date de jouissance des titres est le 22 septembre 2006. Le taux d’intérêt facial des obligations est de 4,97%, tenant compte d’une prime de risque de 140 points de base. Les souscripteurs autorisés sont les OPCVM, les établissements de crédit, les sociétés d’assurance, la CDG et les organismes de retraite.

Le CDVM justifie le report de l’entrée en vigueur de l’avis sur le placement des titres

Le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) vient de publier un communiqué pour expliquer une décision prise dernièrement par la Bourse de Casablanca, de reporter la date d’entrée en vigueur d’un avis qu’elle avait publié le 1er août dernier, et qui concerne la circulaire du CDVM relative au placement des titres lors des offres publiques (modalités de souscription et d’allocation des titres). Le report a eu lieu le 1er septembre, date qui coïncidait avec celle de l’entrée en vigueur de la circulaire et aussi avec l’approche de l’introduction en Bourse de Distrisoft.
Le CDVM explique d’abord que les dispositions de la circulaire sont pleinement en vigueur et ce, indépendamment de l’avis de la Bourse. Ensuite, le CDVM, consulté par la Bourse, avait recommandé un examen attentif avec les professionnels des modalités pratiques de mise en œuvre de la circulaire en question.Toutefois, justifie le CDVM, la période estivale n’a pas permis que cette concertation sur les détails techniques aboutisse à régler tous les aspects, et l’annonce de la prochaine introduction en Bourse est venue bousculer les agendas, obligeant la Bourse de Casablanca à décider de surseoir à l’entrée en vigueur de la circulaire sur le placement des titres.
Ceci dit, les dispositions de cette nouvelle circulaire ne concerneront pas l’introduction en Bourse de Distrisoft, laissant ainsi le temps à la Bourse de régler les détails techniques avec les professionnels de la place.

La Bourse réagit aux publications des résultats semestriels

Durant ce mois de septembre, les publications des résultats semestriels des sociétés cotées se succèdent. Jusqu’à ce jour, Maroc Telecom, Ciments du Maroc et Risma ont publié leurs comptes trimestriels qui ressortent en progression par rapport à la même période de 2005. Ceci a eu un impact instantané sur les cours de Bourse de ces sociétés. En effet, après l’annonce des résultats de Maroc Telecom le 5 septembre dernier, son cours boursier est passé de 128 dirhams le 6 septembre à 141,8 dirhams le 11 du mois, soit une progression de 10,8%. De même pour Cimar et Risma, dont les cours ont évolué, après les publications de résultats, de 3,8% entre le 5 et le 8 septembre pour la première, et de 5,7% entre le 8 et le 11 septembre pour la seconde.