Sonasid : Redressement de l’activité et rétablissement des marges au premier semestre

Sonasid sort du rouge après un exercice 2010 pour le moins difficile. Ses réalisations au 30 juin 2011 font état d’un redressement sensible de l’activité et d’un rétablissement des marges. La surcapacité de production suite à l’arrivée sur le marché de nouveaux sidérurgistes n’a certes pas diminué. Elle a même augmenté de 15% par rapport à 2010, année au cours de laquelle l’offre dépassait de 40% la demande. Les prix des intrants se sont également maintenus à un niveau élevé, que ce soit à l’international ou au Maroc, l’avantage offert par la ferraille locale ayant été résorbé du fait d’une plus forte concurrence à l’achat. Malgré ces tensions, ainsi qu’une consommation locale en ronds à béton et en fil machine stable, le sidérurgiste, filiale de Sni et Mittal Arcelor, a augmenté de 7% ses ventes, grâce à un meilleur contrôle du marché local, à des prix moins volatiles qu’en 2010 et à l’ouverture réelle de canaux à l’export.
Ainsi, Sonasid a réalisé un chiffre d’affaires semestriel de 2,75 milliards de DH, en hausse de plus de 27% par rapport au 30 juin 2010.

Sur le plan de l’exploitation, la société a veillé à baisser ses coûts et à augmenter ses performances industrielles dans le but de rétablir sa rentabilité. Son coût de production hors matières a été réduit de 12% et son taux d’utilisation de ses capacités de production a été amélioré de 14 points, passant de 80% à 94%. Ceci a permis au résultat d’exploitation d’augmenter sensiblement, en passant de 79 à 135 MDH, soit une hausse de 71%. Du coup, la marge opérationnelle s’est redressée de 1,3 point, à 4,9%.

A cet effet, le résultat net est ressorti à 103 MDH contre 48 MDH une année auparavant, soit un bond significatif de 115%. La marge nette s’est, de facto, bonifiée de 1,7 point, passant à 3,7%. Notons qu’au titre du second semestre 2010, le résultat net de la société était déficitaire de plus de 100 MDH.
Pour ce qui est des perspectives sur le reste de l’année, le management de Sonasid s’attend à un second semestre plus difficile du fait d’un faible niveau d’activité et de tensions plus vives sur les prix. Quel que soit le cas, la société entend poursuivre son action sur ses axes d’intervention prioritaires pour rétablir sa situation commerciale et financière. Il s’agit notamment d’assurer son rôle de leader du marché pour ne pas retomber dans le scénario 2010, intenable pour tous les acteurs du secteur, d’améliorer ses prestations industrielles en agissant sur les coûts de transformation et l’intégration de ses aciéries, et d’adapter sa stratégie commerciale aux nouvelles données du marché (capacité installée de 2,35 millions de tonnes contre une demande de 1,5 million seulement), en se focalisant sur le marché domestique avec une approche de marge, tout en développant son activité à l’export.