Sociétés de financement : une capacité bénéficiaire en stagnation en raison de la montée du cout du risque

Le résultat net s’est stabilisé à  248MDH au même niveau qu’à  fin Juin 2012.

Le premier semestre s’est soldé par un bénéfice en stagnation, atteignant 248 MDH pour une activité commerciale en progression de 2,4%, à 4,70 milliards de DH. Seule Axa Crédit a accusé un retrait de près de 40%, à 8,20 MDH malgré des revenus en hausse de 5,6%, à 100 MDH. La raison derrière cette chute est dans le dénouement d’un litige fiscal dont l’impact sur le résultat net s’élève sur l’exercice en cours à 8,30 MDH. S’ajoute la constitution de provisions supplémentaires à concurrence de 16,50 MDH contre 5,20 MDH l’année écoulée.

Les autres établissements ont tous amélioré leurs profits, à l’instar de Maghrebail et de Maroc Leasing qui ont porté leur résultat final à 25,60 MDH et à 34,50 MDH, soit des hausses respectives de 6,2% et 3%. La première doit la progression de son bénéfice au bon comportement de son activité qui a augmenté de 5,6%. Maroc Leasing, elle, a bénéficié de la croissance des opérations de crédit bail et de location ainsi que de l’évolution favorable du résultat d’exploitation. Pour leur part, Eqdom et Salafin ont fait du surplace avec une légère progression du résultat net (+0,7%) consécutivement à la baisse de l’encours global respectivement de 4,2% et 3%. Par ailleurs Eqdom a subi les effets du changement fiscal apporté à la LOA.
Enfin, les bénéfices de Taslif se sont appréciés de 15%, à 13 MDH pour un chiffre d’affaires en baisse de 6,4%, à 74,70 MDH. Cela s’explique par la maîtrise du coût du risque qui s’est traduite par la baisse de la dotation nette aux provisions des créances en souffrance de 29%.