Sociétés cotées : un rendement de dividende de 4,1%

Il est en baisse de 30 points de base par rapport à  l’année dernière. Le montant global des dividendes s’élève à  19,5 milliards de DH, en hausse de 7,7%. Le taux de distribution des bénéfices augmente à  76%.

Le montant global des dividendes qui sera distribué au titre de l’exercice 2013 s’élève à 19,5 milliards de DH, sachant que seulement 55 sociétés sur les 75 de la cote ont annoncé leurs dividendes. A périmètre constant, il est en progression de 7,7% par rapport à 2012, malgré la contraction du résultat net agrégé de la cote de 6,7%, à 25,7 milliards de DH. Notons que certaines grandes capitalisations n’ont toujours pas communiqué ce paramètre telles qu’Addoha, Alliances…

Les espoirs d’une croissance des bénéfices de la cote ont été certes brisés en raison de la poursuite de la morosité de la conjoncture, mais les émetteurs ont tout de même tenu à garder au moins le même niveau de rémunération que les années précédentes. Leur objectif étant de mettre les investisseurs en confiance en leur offrant un rendement intéressant et d’éviter, de facto, leur repositionnement sur d’autres actions. En effet, le taux de distribution des bénéfices se situe à 76%. Il a augmenté de 5 points par rapport à 2012. Les exemples de sociétés ayant maintenu inchangé leur dividende malgré la baisse de leurs bénéfices ne manquent pas : Centrale Laitière, par exemple, compte verser 28,74 DH par action, le même niveau qu’en 2012, même si son bénéfice net a reculé de 53,3%.

Idem pour la BMCI ou encore le courtier en assurance Agma qui comptent distribuer respectivement 30 DH et 225 DH par action malgré le repli de leurs résultats nets (20,3% et 8%).

Cela dit, ces sociétés ne pesant pas beaucoup dans le dividende global de la cote, Maroc Telecom demeure le premier contributeur. Avec un dividende ordinaire unitaire de 6 DH, l’opérateur devra servir 5,3 milliards de DH, ce qui correspond à 27% du dividende global. Il est suivi directement par Attijariwafa bank et Lafarge qui accaparent conjointement 16% du montant total. La banque a fixé son taux de distribution à 58,8%, soit 1,9 milliard de DH. Il correspond à un dividende de 9,50 DH par action, en hausse de 0,50 DH, malgré la contraction du bénéfice de 8%, à 4,1 milliards de DH. Pour sa part, Lafarge qui garde le même niveau de dividende depuis 5 ans, à 66 DH, va servir 1,1 milliard de DH. Compte tenu de la progression de son bénéfice annuel de 10,6% à 1,4 milliard de DH, son pay out est ressorti en baisse de 9,5 points pour atteindre 82,8%.

Les petites et moyennes capitalisations rémunèrent mieux

A côté de ces sociétés qui, historiquement, se positionnent en tête de liste en termes de rémunération, figure la dernière recrue de la cote Jlec. Grâce à une distribution exceptionnelle de 106,60 DH par action, son taux de distribution s’élève à 731,7%, sachant que son bénéfice a accusé une baisse de 12,6%, à 395 MDH. Mais elle n’est pas la seule. Beaucoup d’autres sociétés ont hissé leur taux de distribution au-delà de 100%. S2M, par exemple, qui offre une rémunération de 14 DH par action, positionne son taux de distribution à 103%, soit 11,4 MDH au total pour un résultat net de 11 MDH. De même, Colorado prévoit de distribuer un total de 48,6 MDH, soit 5,4 DH par action dont 2,7 DH à titre exceptionnel, sachant que son résultat net a totalisé 48 MDH. Centrale Laitière, elle, envisage de verser un dividende global de 271 MDH (28,74 DH par action) pour un bénéfice net de 220,5 MDH.
La progression du montant des dividendes à servir cette année n’a pas contribué à relever le niveau du taux de rendement global de la cote. En effet, il s’est situé à 4,1%, soit 30 points de base en moins que l’exercice 2012. Il faut dire qu’en parallèle, les titres ont vu leurs cours boursier augmenter à partir de septembre 2013 consécutivement à la reprise du marché boursier dans son ensemble. En tout cas, 30 sociétés ont affiché un dividend yield supérieur à la moyenne du marché et 24 autres sont en dessous. Maroc Leasing colle à la moyenne avec un dividende de 15 DH par action.
Hormis Jlec, dont le taux de rendement se situe exceptionnellement à 24%, ce sont les sociétés de taille petite et moyenne qui servent les rendements les plus intéressants, à commencer par CMT. La société s’adjuge la 1ère place avec un rendement de 11,8%, soit le plus élevé de toute la cote. Elle est suivie par CTM avec un rendement de 10,1%. Cela s’explique par la hausse de son dividende de 20%, à 30 DH par action pour un cours de 296 DH, en croissance de 16,7%. Avec un rendement de 9%, on retrouve Promopharm en 3e position, et ce, malgré la hausse de son cours en bourse de 35,2% et la baisse du niveau de sa rémunération de 42,3%.

En face, les grandes capitalisations, à l’instar des valeurs bancaires ou encore Samir, Wafa Assurance… sont celles qui offrent le rendement le moins captivant de la cote. En effet, en dépit de l’amélioration de sa rémunération, Attijariwafa bank et BMCE Bank proposent un dividend yield respectivement de 3% et 1,9% seulement. Samir, qui va servir 8 DH par action cette année, affiche un rendement de 2,8% et Wafa Assurance de 2,7%.