Sociétés cotées : Résultats en hausse pour Taqa, mais en net repli pour Lydec

Taqa Morocco affiche une évolution mitigée de ses indicateurs financiers. Ainsi, le chiffre d’affaires s’est établi à 4,05 milliards de DH, en recul de 7%.

Cette baisse intègre une diminution des frais d’énergie de 11%, suite à l’évolution du prix d’achat du charbon, ainsi qu’un taux de disponibilité en retrait pour les unités 5&6, de 86,8%,contre 96,6% au 1er semestre 2015, suite à la réalisation de la révision mineure de l’unité 5 en application du taux de maintenance. Toutefois, on note la bonne performance des unités 1&4 avec un taux de disponibilité de 95,8% contre 86,6% une année auparavant. Aussi, la production nette d’énergie est passée de 7 292 Gwh à 7639 Gwh.

Suivant la même tendance que le chiffre d’affaires, le résultat d’exploitation consolidé a reculé de 3%, à 1,24 milliard de DH. Un affaissement qui survient suite à la baisse de disponibilité des unités 5&6, atténuée par les efforts continus d’optimisation des charges d’exploitation et de maintenance. Le taux de marge opérationnelle consolidée continue néanmoins d’enregistrer une augmentation, passant de 29,5% au 30 juin 2015 à 30,7% cette année. Dans ces conditions, le RNPG affiche une progression de 5%, à 467 MDH gâce à la hausse du résultat financier. En découle un taux de marge nette consolidée de 15,2% contre 14,1% en 2015.

Pour Lydec, le chiffre d’affaires a légèrement crû de 2,5%, à 3,3 milliards de DH. Par activité, la branche eau a enregistré une hausse de 0,8% grâce principalement à la bonne tenue du segment des particuliers et à l’appréciation du rendement du réseau à 76,2%, bénéficiant notamment des plans d’actions de réduction des pertes. Pour sa part, le segment de l’électricité s’est bonifié de 0,9% malgré la baisse des consommations hivernales des clients particuliers. Néanmoins, le résultat d’exploitation se replie de 22%, 176 MDH suite à la non-récurrence de la reprise de provision constatée au S1 2015 ainsi qu’à l’amortissement du Système Anti-Pollution Est. Le résultat financier affiche, pour sa part, un retrait de 17 MDH suite à la baisse des frais de gestion liés aux projets d’investissements du premier semestre. Dans ces conditions, le résultat net s’est déprécié de 34% à 88 MDH pour une marge nette de 2,6% contre 4,1% en 2014.