snep : Le plasturgiste devrait renouer avec la croissance bénéficiaire cette année

La Snep remonte la pente doucement mais sûrement. Après avoir pâti en 2009 de l’envolée des prix des intrants et de la concurrence des importateurs de PVC, ce qui avait fait chuter son résultat net de 53% du fait de la non-répercussion de cette hausse sur les prix de vente, le plasturgiste est parvenu à stabiliser sa capacité bénéficiaire en 2010, à 64 MDH, grâce à l’augmentation des prix de vente du PVC à l’international (+10%) qui a permis de compenser le renchérissement de l’éthylène durant le quatrième trimestre 2010. Pour 2011, les analystes estiment que la filiale d’Ynna Holding devrait renouer avec la croissance bénéficiaire et retrouver un niveau de marges proche de celui de l’année de son introduction en Bourse.
A la veille du démantèlement douanier total, la Snep ambitionne en effet de poursuivre ses efforts d’amélioration de sa compétitivité à travers, principalement, son projet de doublement de ses capacités de production de PVC, dans le but d’atteindre 140 000 tonnes à l’horizon 2012, pour un investissement global de 650 MDH. Ce projet d’envergure devrait permettre à la société, d’une part, de profiter pleinement du potentiel du marché du PVC pour les années à venir au niveau local, et, d’autre part, de renforcer sa position sur le marché international, profitant également de l’enregistrement de ses produits (soude et PVC) auprès de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA), conformément à la réglementation européenne Reach.
Sur le plan stratégique, et afin de mieux contrôler le canal PVC face à la concurrence tant directe qu’indirecte, la Snep projette durant les prochaines années de prendre des participations significatives dans le capital de certains transformateurs en aval de son activité. Une première concrétisation de cette stratégie s’est matérialisée par la montée dans le capital de Dimatit à hauteur de 34%.
Dans ce même sens, le lancement de la privatisation de la Société des sels de Mohammédia pourrait constituer une opportunité pour la Snep lui permettant de réaliser une intégration en amont et de sécuriser ses approvisionnements.
Compte tenu de ces éléments, et tablant sur la reprise des prix du PVC à l’international, les analystes de BMCE Capital Bourse estiment que la Snep devrait réaliser un chiffre d’affaires de 899,2 MDH en 2011, en hausse de 6% par rapport à 2010, et de 935,2 MDH en 2012, en hausse de 4% par rapport à 2011. De son côté, le résultat net se fixerait à 70,1 MDH en 2011, en accroissement de 9%, et à 74 MDH en 2012, en appréciation de 5,6%.
Ces perspectives chiffrées font ressortir, chez BMCE Capital, un cours cible de 478 DH pour la valeur Snep. Ce qui établit son potentiel de croissance en Bourse à moyen terme à près de 42% par rapport à son cours de 337 DH atteint le 23 mai dernier.