Si vous aviez placé 10 000 DH au 1er janvier dernier

Les actions et les OPCVM actions continuent d’afficher les meilleures performances des placements financiers.
La rémunération des produits d’assurance vie a stagné mais reste intéressante. Les rendements des nouveaux bons du Trésor sont en hausse.
DAT, comptes sur carnet et livret d’épargne perdent de leur attrait.

Le premier semestre 2010 est sans doute meilleur que celui de l’année dernière au niveau des placements financiers. Le retour de confiance des investisseurs, après deux années marquées par la crise, a profité aux principaux instruments de placement, notamment les actions et bons du Trésor.
La Bourse de Casablanca, qui affichait en 2008 et 2009 des baisses significatives, a progressé de plus de 14% au cours des six premiers mois de 2010. 59 valeurs sur les 74 de la cote ont signé des performances positives. L’annonce de bons résultats 2009 pour les sociétés cotées et le redressement progressif de plusieurs indicateurs économiques ont redonné confiance aux investisseurs qui se sont montrés plus dynamiques qu’en période de crise. La méga opération de fusion entre Ona et Sni, qui devrait se traduire par l’augmentation du flottant en Bourse de plusieurs de leurs filiales, a également contribué au dynamisme du marché. Enfin, les quelques opérations d’introduction en Bourse prévues pour cette année ont donné de l’espoir au marché, un espoir conforté par l’annonce de l’entrée en Bourse du distributeur automobile tunisien Ennakl.

Hausse des taux créditeurs en perspective

Sur le compartiment de la dette, la tendance baissière des taux en 2009 a cédé la place à une correction haussière sur pratiquement toutes les maturités des bons du Trésor au cours du premier semestre 2010. Les rendements ont ainsi connu des augmentations allant jusqu’à 80 points de base sur le marché des adjudications, ce qui a fait le bonheur de certains investisseurs. Néanmoins, cette situation n’a pas été très profitable aux détenteurs des anciennes obligations, car leur valeur se déprécie automatiquement par une hausse des taux.
En tout cas, cette situation est due principalement au retour marqué du Trésor sur le marché de la dette. Après trois années d’absence, marquées par une aisance budgétaire sans précédent et un appétit grandissant des investisseurs, il a en effet recommencé à lever des fonds sur les maturités longues, contraint par des recettes fiscales en baisse et des dépenses de fonctionnement et d’investissement en hausse, ce qui s’est traduit par une hausse des taux obligataires, à la fois sur le marché des adjudications et sur le compartiment secondaire.
Cette hausse n’a toutefois pas encore profité aux produits de placement bancaire, car leur rendement est indexé sur les taux des bons du Trésor du semestre précédent, là où la tendance était baissière. En effet, le taux minimum appliqué aux comptes sur carnet  est passé de 3,29% au cours du premier semestre 2009 à 2,87% durant ce semestre, soit une baisse de 42 points de base (les taux des comptes sur carnet sont indexés sur le taux moyen pondéré des bons du Trésor à 52 semaines lors du semestre précédent, diminué de 100 points de base). Celui du livret d’épargne nationale a, pour sa part, perdu 20 points de base pour passer à 1,80%. Quant aux taux des bons de caisse et dépôts à terme, qui restent librement négociables entre les banques et leurs clients, ils affichent également des baisses allant jusqu’à 40 points de base. Enfin, les rendements des plans d’épargne-retraite et des contrats de capitalisation sont restés aux mêmes niveaux que ceux de l’année dernière, variant entre 4%
et 6%.
Notons par ailleurs que les performances des Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) ont suivi les mêmes tendances que les marchés où ils sont investis, qu’ils soient actions ou obligations. Globalement, ils affichent tous des performances honorables.


Lire le détail par produit de placement :

La Bourse.

Les OPCVM ACTIONS.

Les OPCVM OBLIGATIONS MLT.

Les OPCVM diversifiés.

L’Assurance-Vie.

Les OPCVM MONETAIRES & OBLIGATIONS COURT-TERME.

Les Bons de Caisse & Dépots à terme.

Les Bons du Tresor et Obligations.

Le Livret d’Epargne Nationale.

Les Comptes Sur Carnet.