SAMIR : Une valeur à  conserver, selon les analystes de BMCE Capital Bourse

la Samir devrait voir ses réalisations reprendre le chemin de la croissance durant les prochaines années.

Après avoir passé une année 2009 difficile, marquée par la baisse des prix de reprise suite à la contraction des cours du pétrole ainsi que par le repli des ventes en quantité, la Samir devrait voir ses réalisations reprendre le chemin de la croissance durant les prochaines années. Tel est l’avis des analystes de BMCE Capital Bourse, qui viennent de consacrer leur dernière note de recherche à la valeur. Ils estiment son cours théorique à 741 DH sur la base des nouvelles prévisions de la société, et recommandent de conserver le titre dans les portefeuilles, sachant que leur précédente recommandation était de le vendre. La Samir s’échangeait en Bourse à 698 DH le 14 juin 2010, ce qui présente un potentiel de hausse de 6% par rapport à sa valorisation.

Les nouvelles prévisions de croissance de l’activité du raffineur sont confortées par les premiers chiffres qu’affiche la société au titre de l’année 2010. En effet, la Samir a vu ses marges de raffinage se hisser depuis le deuxième trimestre 2010 de plus de 3 dollars par baril pour se fixer aux alentours de 5 dollars, capitalisant notamment sur le lancement du nouveau complexe de hydrocraking qui a permis à la société de renforcer de 60% sa capacité totale de production de gasoil et de kérosène, pour atteindre 4,2 millions de tonnes. Sa bonne efficience industrielle se traduit par un taux d’utilisation de la capacité de raffinage qui ressort à 100% à fin 2010, contre 76% à fin 2009, et ce, conformément aux prévisions.

En parallèle, et compte tenu de la bonne tenue de son activité durant les premiers mois de l’année en cours, la Samir projette de renforcer de 5% ses écoulements au niveau local en 2010 pour s’établir à 5,9 millions de tonnes, ce qui lui permettrait de consolider sa part de marché de 3 points, à 80% hors GPL. Sur un autre registre, la société entend se focaliser durant les prochains mois sur la réduction des coûts d’exploitation, principalement ceux relatifs aux produits chimiques et aux opérations financières. Enfin, et pour mieux prévenir d’éventuels retournements des marchés internationaux durant les prochains mois, elle projette l’élaboration d’une politique de couverture de ses approvisionnements à travers la mise en place d’une salle de marché en 2010.

Compte tenu de ces nouvelles données, la Samir devrait réaliser un chiffre d’affaires de 28,3 milliards de DH en 2010 (+5%) et de 29,6 milliards en 2011 (+4,5%). Le résultat net devrait quant à lui s’établir à 829,3 MDH en 2010 (+49,4%) et à 995,5 MDH en 2011 (+20%).
Par ailleurs, la société compte poursuivre ses investissements, notamment la mise en place d’une nouvelle unité de distillation et l’augmentation de la capacité de production de bitume, et réduire son endettement financier à travers une restructuration de sa dette avec le concours de banques locales et internationales.