Retraite : le régime de la CIMR toujours solide

675 nouvelles entreprises adhérentes en 2014. Le nombre des radiations a plus que triplé en raison d’un effort de nettoyage plus soutenu.

La CIMR se porte toujours bien. Sa situation commerciale et financière reste au beau fixe malgré une conjoncture peu porteuse. A fin 2014, la caisse a enregistré l’adhésion de 675 nouvelles entreprises. Toutefois, ce chiffre est en baisse de 19% par rapport à l’année 2013 où 833 entreprises avaient intégré le régime. Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR, explique ce recul par les reports des décisions d’adhésion au régime des entreprises en raison d’une année 2014 difficile.

Cela a fait naturellement baisser le nombre total des entreprises adhérentes de 1,6%, à 5 870. Un chiffre également impacté par le nombre des entreprises radiées qui a considérablement progressé. Il a plus que triplé pour atteindre 770 sociétés. M. Cheddadi nuance: «Ceci traduit un effort de nettoyage des entreprises qui ne payent plus leurs contributions depuis des années».

En dépit de ces radiations, le nombre total des actifs cotisants a augmenté de 3,75% pour atteindre 315 595. Nets des liquidations, les cotisants supplémentaires ont totalisé 11 402, en augmentation de 78% sur une année, alors qu’ils étaient en baisse de 55,2% une année auparavant. En tout cas, garantit M. Cheddadi, «cette progression de 3,75% est largement suffisante pour assurer la pérennité du régime, sachant que l’hypothèse retenue pour l’élaboration du bilan actuarial se base sur une progression de 0,5% seulement».

Ainsi, les contributions globales des cotisants ont pointé à 5,8 milliards de DH, en croissance de près de 10% par rapport à 2013. En face, la caisse a traité 9 225 dossiers de liquidation, qui correspondent à une pension annuelle de 204 MDH, en baisse de 4,2%, avec une moyenne servie au titre de la pension principale de 27 480 DH annuellement. Il faut savoir que les allocataires qui optent pour une liquidation à travers l’option capital représentent plus de 80% de l’ensemble des liquidations. C’est ce qui explique, entre autres, le niveau relativement faible des pensions servies au titre des rentes viagères. En tout cas, ce sont 153 123 allocataires qui tirent profit d’une pension de retraite, en hausse de 1,6%. Ils ont perçu au titre de 2014 un peu plus de 3,4 milliards de DH. En face, le montant des pensions éteintes correspond à 65 MDH, soit l’équivalent de 2 651 extinctions, sachant que l’âge de décès se rallonge de plus en plus. De 74 ans et 10 mois en moyenne en 2014, il est passé à 75 ans et 5 mois.

Dans ces conditions, les produits techniques se sont renforcés de 17,2%, à 7 milliards de DH au moment où les charges techniques se sont alourdies de 15,5%, à 5 milliards de DH. Du coup, le résultat technique s’est soldé par une hausse de 21,4% pour se situer à 2,1 milliards de DH, soit un taux de couverture de 142%, gagnant ainsi 2 points. Notons que le comportement du marché financier a été profitable à la caisse. Son résultat financier issu des placements a augmenté de 4% pour s’élever à près de 2 milliards de DH. Il inclut une amélioration des produits de placement de 19,3%, à 2,6 milliards de DH, intégrant une hausse du profit réalisé sur les valeurs mobilières de 25,2%, à 1,6 milliard de DH et une progression des revenus des valeurs mobilières (dividendes essentiellement) de 2,7%, à 573 MDH. Les charges de placement se sont certes aggravées de 126%, mais leur faible niveau (613 MDH) n’a pas affecté le résultat financier. Notons dans ce cadre que la caisse maintient sa stratégie de placement inchangée avec une structure de portefeuille à hauteur de 55% sur le marché actions, environ 20% sur les obligations privées et les titres publics, 10% pour l’immobilier, autant pour les infrastructures, le reste étant investi dans des projets divers. Cela dit, M. Cheddadi fixe comme objectif d’atteindre une part pour le marché actions de 65%.

Au final, le résultat d’exploitation a totalisé environ 4 milliards de DH, en amélioration de 12% par rapport à 2013. Sachant que ce montant est réservé entièrement à la réserve de prévoyance, celle-ci s’est donc renforcée de 12,4% pour s’établir à près de 36 milliards de DH. Ce qui représente 8,78 années de prestations sans interruption. Au vu de ces résultats, la caisse a fixé son taux de rendement servi en 2015 à 3,25%.

Notons que la CIMR ne cesse de déployer les efforts nécessaires tant pour améliorer ses services que pour augmenter le nombre des entreprises adhérentes. En plus de la e-liquidation, elle propose la carte Rahati et un service d’information 7j/7 et 24h/24. A cela s’ajoutent les diverses prestations proposées sur le portail, à savoir l’adhésion en ligne, la consultation des comptes, la télédéclaration des salaires et la téléannulation… Elle ne rechigne pas non plus sur les moyens côté communication, avec un budget moyen de 10 MDH annuellement.