Résultats des sociétés cotés : Banques

Malgré un contexte peu favorable, marqué par une faible croissance des crédits, une contraction des marges d’intermédiation et une poursuite de la montée des risques, les banques cotées ont bouclé 2016 sur une bonne note.

Avec une capacité bénéficiaire en hausse de 5,4%, à 10,6 milliards de DH, le secteur est le deuxième plus grand contributeur à la formation de la masse bénéficiaire de la cote en 2016 (+541 MDH). Attijariwafa bank est la banque qui a généré le plus grand additionnel de bénéfices : son RNPG s’est raffermi de 5,7%, à 4,7 milliards de DH. Le groupe a bénéficié notamment d’un renforcement de la contribution de ses filiales à l’international (+3,8 points par rapport à 2015) et d’une baisse du coût du risque de 9,7%. En deuxième position, Crédit du Maroc dont le bénéfice a marqué un rebond remarquable : il a quadruplé pour s’établir à 308,8 MDH, la banque capitalisant sur la non-récurrence d’éléments exceptionnels intervenus en 2015 (redressement fiscal de 79 MDH) et une nette réduction du coût du risque de 34,7%, à 500,3 MDH.

En face, parmi les banques ayant contribué négativement à la formation des bénéfices du secteur figure CIH Bank qui, malgré une amélioration de son PNB de 3,2%, a vu son RNPG reculer de 16,4%, à 434,5 MDH. Cette évolution intègre notamment la non-récurrence d’une plus-value exceptionnelle de plus de 70 MDH et une aggravation du coût du risque qui a grimpé à 116,1 MDH. BMCI a également accusé une baisse de son résultat net de 13,8%, à 431,4 MDH, en raison d’une charge d’impôt suite au contrôle fiscal sur les exercices 2012 à 2015.