Résultats 2009 en nette progression et des perspectives prometteuses

Malgré une concurrence de plus en plus rude dans le secteur des produits laitiers, la société parvient à  dégager des résultats «record», tant sur le plan commercial qu’opérationnel.

Centrale Laitière est l’une des filiales agroalimentaires du groupe Ona qui s’est le mieux comportée en 2009. Malgré une concurrence de plus en plus rude dans le secteur des produits laitiers, la société parvient à dégager des résultats «record», tant sur le plan commercial qu’opérationnel. Avec d’abord un chiffre d’affaires qui progresse de 8% par rapport à 2008, à 5,7 milliards de DH. Une hausse réalisée sur un marché exigeant et de plus en plus tiré par les prix qui traduit le bon comportement des marques de l’opérateur, notamment sa mégamarque «Yawmi», et son agressivité commerciale avec une meilleure couverture des points de vente et une plus grande fréquence de distribution.
Cette croissance a été amplifiée sur le plan opérationnel grâce aux effets favorables des diverses actions menées en faveur de l’amélioration de la productivité et de la maîtrise des charges. Le résultat d’exploitation de l’industriel s’est en effet élargi de 21%, à 921 MDH en 2009 contre 764 MDH en 2008. Ce qui porte la marge opérationnelle à 16,14%, en amélioration de 1,6 point. Et dans la même lignée, le résultat net progresse de 34% pour atteindre un record historique de 625 MDH. La marge nette de Centrale Laitière s’établit ainsi à 10,9%, gagnant 2 points par rapport à 2008. Compte tenu de ces bonnes performances, la distribution d’un dividende de 555 DH par action sera proposée à la prochaine assemblée des actionnaires, soit 13% de plus qu’en 2008.

Notons que la croissance réalisée cette année par Centrale Laitière n’est en fait que la poursuite du trend haussier entamé depuis plusieurs années. En effet, de 2005 à 2009, le chiffre d’affaires de la société affiche un taux de croissance annuel de 56%, en progression régulière durant toutes les années. Le résultat d’exploitation a, lui, été multiplié par deux entre 2005 et 2009, passant de 430 à 887 MDH. La marge opérationnelle est ainsi passée de 10,9% à 14,1%. Quant aux investissements, ils étaient de 122 MDH en 2005 alors qu’ils s’élèvent aujourd’hui à plus de 430 MDH.

Ces performances régulières se sont d’ailleurs traduites sur le cours boursier de la société qui a continué à progresser malgré le contexte baissier du marché. Il est passé de 7 000 DH en 2007 à 10 370 DH aujourd’hui, soit une hausse de 48%. Malgré cela, la valeur Centrale Laitière continue d’afficher des indicateurs boursiers aux normes, traduisant le potentiel qui lui reste en Bourse. En effet, le PER (cours rapporté au bénéfice par action) estimé pour l’année 2010 pour la valeur est de 17,8 contre plus de 19 pour le secteur agroalimentaire coté. De plus, la société affiche un rendement de dividende supérieur à la moyenne du secteur (4,7% contre 4,5%). Reste que l’action Centrale Laitière n’est pas très disponible en Bourse en raison de son faible capital flottant et de la rétention des investisseurs.