Résultat net semestriel en baisse de 9% pour l’industriel de la conserve

Alors qu’il est toujours suspendu de la cote après avoir fait l’objet, il y a quelques jours, d’une importante opération sur capital, le spécialiste des conserves alimentaires coté, LGMC, vient de publier des résultats semestriels en berne au titre de l’exercice 2009/2010.

Alors qu’il est toujours suspendu de la cote après avoir fait l’objet, il y a quelques jours, d’une importante opération sur capital, le spécialiste des conserves alimentaires coté, LGMC, vient de publier des résultats semestriels en berne au titre de l’exercice 2009/2010.
En effet, dans un contexte encore caractérisé par la récession dans les pays de ses principaux clients, le chiffre d’affaires de LGMC s’est affiché en baisse de 19% par rapport à celui du premier semestre de l’exercice 2008/2009, à 168,6 MDH. Et encore, le management précise que les baisses des ventes dans la plupart des pays destinataires ont pu être contenues en agissant sur le niveau des prix et sur les conditions commerciales.

Pour sa part, le résultat d’exploitation s’établit à 7,1 MDH, en baisse de 62% par rapport à la même période de l’année passée. De ce fait, la marge opérationnelle s’est rétractée de 4,81 points pour s’établir à 4,23%. Cette contre-performance s’explique essentiellement par la forte hausse des coûts des emballages métalliques, qui constituent l’un des principaux intrants dans l’activité de la conserve alimentaire, par la compression des prix de vente à l’export en raison de la crise économique internationale, et par la poursuite de la baisse du dollar américain qui reste une des  principales devises de commercialisation de la société. En conséquence, le résultat net s’établit sur la période à près de 8 MDH, en baisse de 9% par rapport à la même période de l’année passée.

Il n’empêche que «les perspectives de résultat annuel s’annoncent très favorables malgré les incertitudes sur les marchés des changes», assure le management de la société. Sont notamment évoqués le carnet de commandes de l’industriel pour la fin de l’exercice, qui permet d’ores et déjà d’envisager un redressement au niveau des marchés traditionnels, ainsi qu’une forte pénétration sur de nouveaux marchés rémunérateurs. Ceci permet à LGMC d’anticiper un chiffre d’affaires supérieur à celui de l’exercice précédent. Par ailleurs, la poursuite des investissements dans des équipements de production, couplée à la stabilisation du coût des intrants, devrait permettre une amélioration des marges.

Mais les détenteurs d’actions LGMC en Bourse pourraient ne pas profiter de ces bonnes perspectives. En effet, eu égard à la faiblesse du flottant (5,7% du capital), la société d’investissement Mutandis SCA et Jaybo SARL, devenus actionnaires de référence de LGMC suite à l’opération de capital évoquée précédemment, ont convenu de procéder au retrait du titre de la cote.

A noter que ce changement dans le tour de table de l’industriel, avant même son annonce officielle, a enfoncé l’action. Entre les seules séances du 7 au 8 décembre 2009, le titre s’est départi de près de 10% de sa valeur, passant de 365 DH à 329 DH.  Et depuis le 21 décembre, l’action est suspendue de la cote au cours de 332 DH.