Résidences Dar Saada a la faveur des analystes

BMCE Capital, Upline Securities et CFG Group recommandent de souscrire à  l’introduction en bourse.
n Le prix proposé présente une décote allant de 24,6% à  30,2% selon les sociétés de bourse n Les perspectives de développement sont prometteuses, même si le business plan est marqué par la prudence.

Résidences Dar Saada, dont la cotation est prévue pour le 18 décembre prochain, a les faveurs des analystes des sociétés de bourse. En effet, BMCE Capital, CFG Group et Upline Securities ont toutes recommandé aux investisseurs de souscrire à l’opération vu le potentiel de hausse qu’offre son prix d’introduction.

Ainsi, la première la valorise à un cours de 268 DH, ce qui correspond à une croissance potentielle de 24,6% au moment où la deuxième prévoit un cours cible de 280 DH, soit une hausse attendue de 30,2%. La 3e société  de bourse considère, quant à elle, que le prix de l’offre publique de vente offre une décote de 26,2%, soit un cours prévisionnel de 271 DH.

Les analystes expliquent ces valorisations par l’important besoin en logements estimé à fin 2013 à 642 000 unités, auquel s’ajoute annuellement une demande de 150 000 logements. Cette demande additionnelle est liée tant à l’accélération de la croissance démographique qu’à la rapidité de l’urbanisation de la population marocaine.

En vue de profiter de ce potentiel, le promoteur immobilier spécialisé dans le logement social et économique a déjà acquis 912 hectares de terrain depuis sa création, dont 45% à Casablanca. Vu la concentration de la demande au niveau de la métropole, Dar Saada a presque consommé sa réserve foncière puisqu’il lui reste 134 hectares sur les 413 dont elle disposait. C’est ainsi que le renforcement de sa réserve foncière figure parmi les objectifs de cette opération.

Un chiffre d’affaires de 2,6 milliards de DH attendu en 2017

De plus, la compagnie immobilière est bien consciente de l’importance de réaliser sa montée en puissance, pour profiter notamment des exonérations fiscales valables jusqu’en 2022. Dans ce cadre, les analystes estiment que le gouvernement devrait reconduire ces avantages fiscaux puisqu’il serait, selon eux, impossible de résorber tout le déficit à cet horizon. Dans le cas contraire, le promoteur devrait enregistrer une baisse d’activité ; le prix du social se fixerait entre 300 000 DH et 400 000 DH TTC.

C’est en raison justement de l’absence de visibilité sur les évolutions réglementaires que la société a opté de n’intégrer dans son business plan que les projets dont la programmation est effective et la consistance sécurisée par un statut urbain, des plans d’aménagement ou des autorisations et dont l’assiette foncière est acquise et enregistrée au bilan de la société.

Pour compenser une éventuelle baisse d’activité, Résidences Dar Saada s’est développée en Afrique à travers le lancement de projets sociaux, au Gabon et en Côte d’Ivoire, portant sur 10 000 unités au total.
Néanmoins, elle devrait faire face à un cycle d’exploitation long, nécessitant une mobilisation importante des capitaux, ainsi qu’au renchérissement du foncier dans les zones urbaines surtout. De plus, elle pourrait être amenée à affronter une forte baisse des mises en chantier du social en 2014, augurant d’une contraction de la demande. Quoi qu’il en soit, le chiffre d’affaires devrait afficher une croissance annuelle moyenne de 25% à l’horizon 2017, à 2,6 milliards de DH, pour un bénéfice de 665 MDH, en hausse moyenne prévisionnelle de 21%.