Prévisions d’activité déprimées mais situation boursière au beau fixe

A l’heure où de grands groupes mondiaux ont annoncé la fermeture de plusieurs sites de production et le licenciement de milliers de salariés, le secteur national des aciers pourrait enregistrer un tassement de la demande durant l’année 2009.

Sale temps pour l’industrie sidérurgique marocaine. A l’heure où de grands groupes mondiaux ont annoncé la fermeture de plusieurs sites de production et le licenciement de milliers de salariés, le secteur national des aciers pourrait enregistrer un tassement de la demande durant l’année 2009. En cause, le ralentissement de l’activité immobilière sur le résidentiel touristique et le haut de gamme. Heureusement que  l’Etat est là pour donner du grain à moudre à cet te industrie à travers une politique prononcée  de grands chantiers d’infrastructures.
Il n’empêche que la morosité ambiante combinée à la détente des cours des matières premières observée sur les marchés internationaux devrait engendrer une baisse des prix de vente notamment dans un marché davantage concurrentiel, ayant accueilli de nouveaux opérateurs.
Il n’en faut pas plus pour fausser les calculs des analystes de BMCE Capital Bourse s’agissant de leurs prévisions pour le sidérurgiste coté en Bourse, Sonasid. La société de Bourse annonce la révision à la baisse de ses anticipations de revenus pour la filiale d’Arcelor Mittal sur la période 2009-2011. Cet avertissement intervient alors que les mêmes analystes de BMCE avaient déjà rabaissé une première fois, en septembre dernier, leurs prévisions pour le sidérurgiste.
Se basant sur l’hypothèse d’un tassement des écoulements, combiné à un maintien des prix de vente au niveau actuel (sachant qu’ils ont considérablement baissé puisque Sonasid avait déjà annoncé en septembre 2008 une baisse de ses prix de vente de 20%), un repli de 20% est anticipé pour le chiffre d’affaires consolidé en 2009 qui devrait s’établir à 5,7 milliards de DH (contre une estimation initiale de 7,2 milliards de DH). De leur côté, le résultat d’exploitation et le résultat net part du groupe (RNPG) devraient s’établir respectivement à 1,05 milliard de DH et 731,6 MDH, en baisse de 26,6 et 26,9%. L’année 2010 ne fera guère mieux vu que le chiffre d’affaires devrait rester en baisse de 10% à 5,1 milliards de DH, selon les pronostics de BMCE Capital Bourse. Mais ces prévisions ont beau être inquiétantes, elles ne font pas réviser au département analyse de BMCE sa recommandation à l’achat de la valeur Sonasid. Les analystes fixent au titre un cours cible de 2 991 DH, ce qui établit sa décote à un peu moins de 20%, comparativement au cours de 2 500 DH observé en date du 19 janvier 2009. Encore faut-il que tout cela se transmette au cours de la valeur. Bien portant, le 22 décembre 2008 avec une valorisation de 2 951 DH, le titre Sonasid aura connu une descente aux enfers qui a fait baisser son prix jusqu’à 2 210 DH, cours observé le 5 janvier. Depuis, la valeur s’est engagée dans un courant ascendant qui l’a propulsé jusqu’à 2 500 DH le 19 janvier, soit une progression de 13% engrangée en une quinzaine de jours.