Placements : les produits de taux ont pris le dessus sur la bourse

Le marché actions a clôturé l’année sur une contre-performance de 7,8%, affectant aussi les OPCVM actions. Le rendement des dépôts à terme concurrence étroitement les produits de taux.

Encore une fois, la Bourse de Casablanca a déçu. Bien qu’elle ait commencé l’année 2015 sous de bons auspices avec un regain de confiance de la part des investisseurs et un indice qui a frôlé les 10% en mars dernier, la place casablancaise a rapidement renoué avec la baisse. En effet, elle a clôturé la séance du 29 décembre sur un repli de 7,8% consécutivement à la production de plusieurs évènements successifs: la défaillance du promoteur immobilier Alliances, couplée à la carence en termes de communication financière dont la société a fait preuve, et la radiation de la CGI de la cote ont largement suffi pour plonger le marché dans le rouge. A cela s’est ajouté le repli de la masse bénéficiaire et la crise financière auquel est confrontée la Samir depuis août dernier. D’ailleurs, la société compte parmi celles dont le cours a enregistré la plus forte baisse annuelle (-47%), aux côtés d’Alliances (-86%) et de la SNEP (-61%). En somme, ce sont 49 valeurs qui ont fléchi depuis le début de l’année sur les 75 cotées.

Et malgré le maintien de leurs cours, les 24 autres valeurs n’ont pas réussi à tirer l’indice vers le haut. La dégringolade du Masi a impacté naturellement les fonds actions qui se sont contractés -moins sévèrement- de 3,7%. Notons que 13 OPCVM investis en actions ont réussi à tirer leur épingle du jeu avec une performance qui a atteint 7,3%, pour le fonds Patrimoine Al Mousahama, géré par Wafa Gestion.

La contraction des taux des titres du Trésor a réduit la rémunération des comptes sur carnet

En face des produits du marché actions, les produits bancaires, de taux et l’assurance vie ont eu une bonne tenue. En effet, les contrats d’épargne complémentaire ont offert un rendement compris entre 4,3% pour Axa assurance, 4% pour La Marocaine Vie et 4,65% pour la RMA Watanya. Wafa assurance, elle, propose une rémunération allant de 3,95% à 4,50%. Il faut souligner que ces taux sont servis en 2015 au titre de l’année 2014. Les compagnies d’assurance avaient donc profité de la baisse tendancielle des taux des bons de Trésor pour valoriser l’épargne investie dans ces produits.
A côté de ces placements, les produits à terme, en l’occurrence les dépôts à terme, concurrencent étroitement les autres placements. Non que les banques ont proposé une rémunération supérieure, mais les rendements des autres produits se sont enlisés. En effet, les comptes bloqués rapportent en moyenne 3,59% pour ceux ayant une échéance 6 mois et 3,80% pour les autres bloqués sur une année.

Les produits de taux, eux, continuent de rapporter une plus-value satisfaisante, surtout dans ce contexte de baisse des marchés. En effet, le rendement s’est établi entre 2,5% pour les titres d’une maturité de 13 semaines à 4,37% pour ceux de très long terme (20 ans), avec des baisses allant jusqu’à 17 points de base seulement par rapport à 2014. Dans ces conditions, les fonds obligations de moyen et long terme ont situé leur rendement moyen à 3,4%, soit beaucoup mieux par rapport à la rémunération de 1,5% servie au terme du 1er semestre. Cela en raison de la légère baisse des taux des bons du Trésor qui a pour effet d’améliorer la valeur des anciens titres détenus, mais aussi de réduire celle de nouveaux titres. La contraction des taux des BDT a réduit la rémunération des comptes sur carnet et des livrets d’épargne puisqu’elle est indexée sur la courbe ayant pour échéance 52 semaines pour le 1er produit et sur le 5 ans pour le second. Ainsi, leur rendement a atteint respectivement 2,12% et 1,48%, en recul de 36 et de 22 points de base sur un semestre glissant. Enfin, les OPCVM obligations de court terme et les fonds monétaires ont rapporté mieux que le semestre précédent. Leur rémunération a carrément doublé pour s’élever respectivement à 2,7% et 2,6%.