NSI lance une OPA sur la totalité des actions de Sonasid

Le partenariat entre le sidérurgiste européen Arcelor et la Sonasid (Société nationale de sidérurgie) continue son cheminement.

Le partenariat entre le sidérurgiste européen Arcelor et la Sonasid (Société nationale de sidérurgie) continue son cheminement. La nouvelle entité créée à cette occasion, Nouvelles sidérurgies industrielles (NSI), vient de lancer une OPA (Offre publique d’achat) réglementaire sur la totalité des actions de la Sonasid. L’offre porte sur un nombre de titres de 1,37 million pour un prix unitaire de 1 350 dirhams. Les actionnaires désirant participer à l’opération auront à le faire entre le 24 et le 28 juillet 2006.
L’objectif de cette offre d’achat est de donner la possibilité aux actionnaires minoritaires de se retirer du capital du sidérurgiste. La NSI, actuellement actionnaire majoritaire, n’est en effet pas intéressée par la détention de la totalité du capital de la Sonasid. Les 64% qu’elle en détient déjà lui permettraient de mettre en œuvre sa stratégie de développement.
Par ailleurs, les analystes prévoient une faible participation des petits porteurs à cette OPA. Le prix que la NSI propose est en effet inférieur au cours de Bourse de l’action Sonasid. Mais cela ne veut pas dire que les 1 350 dirhams proposés ne correspondent pas à la valeur réelle de l’action de la société. Le niveau supérieur du cours en Bourse
(1 850 dirhams) est le résultat de l’engouement qu’il y a eu sur les titres Sonasid après l’annonce du partenariat avec Arcelor. Les analystes de la place pensent ainsi que les petits porteurs gagneraient plus en cédant leurs actions sur le marché qu’en participant à l’OPA.

Le groupe Ona lance son deuxième emprunt obligataire de l’année

 

Le premier groupe privé marocain vient de lancer un emprunt obligataire d’un montant de 1 milliard de dirhams. Plus de cinq mois après sa première émission obligataire, Ona revient pour animer le marché de la dette privée, et ce pour deux objectifs. Le premier étant de rembourser un ancien emprunt obligataire de 1 milliard de dirhams émis en 2001 et qui arrive à échéance ce mois de juillet. Le deuxième objectif est d’inscrire à nouveau la prime de risque du groupe sur le marché, dans un contexte plus favorable.
Les caractéristiques de l’opération sont les mêmes que celles de l’emprunt de 2001, sauf en ce qui concerne le taux d’intérêt. L’émission porte en effet sur 10 000 obligations d’un montant unitaire de 100 000 dirhams, avec une maturité de cinq ans. La rémunération faciale des titres a été fixée à 4,27% contre 6,7% pour l’emprunt de 2001 et 5,45% pour celui de début 2006. Ceci montre que le groupe Ona veut profiter de la baisse des taux d’intérêt sur le marché obligataire. En effet, les bons du Trésor à cinq ans offrent actuellement des taux de rémunération qui arrivent à peine à 3,9%. De ce fait, le taux facial proposé dans le cadre de cette opération (4,27%) correspond au niveau de risque que les intervenants sur le marché obligataire accordent au groupe Ona. A noter également que la prime d’émission au titre de cet emprunt varie entre 40 et 55 points de base.
Par ailleurs, la période de souscription a débuté hier, jeudi 20 juillet 2006, et prend fin aujourd’hui, vendredi 21. L’opération est réservée exclusivement aux investisseurs institutionnels et aux OPCVM. Ces derniers devront exprimer leurs offres dans une fourchette située entre 100% et 100,67% du prix unitaire des obligations. Le rendement actuariel brut à l’échéance variera entre 4,12 et 4,27% en fonction du prix d’allocation.