Nouveau plan stratégique pour le groupe BCP

Baptisée «Elan 2020», la stratégie vise le doublement des indicateurs d’activité et de rentabilité sur les 5 prochaines années. La banque prévoit de porter sa part dans le capital d’ABI à  70% dans un an. La contribution des filiales a enregistré un bond de 73,3%.

Le groupe BCP a consolidé ses performances commerciales et financières en 2014, ce qui le maintient parmi les leaders du secteur bancaire. Et pour renforcer son rang et accélérer sa croissance, il a mis en place un nouveau plan stratégique étalé sur 5 ans, nommé «Elan 2020». Ce plan vise le doublement des indicateurs d’activité et de rentabilité par rapport aux réalisations de 2014. La croissance externe figure au cœur de cette stratégie. Rappelons que le groupe a déjà créé l’AMIFA, filiale dédiée à la microfinance en Afrique, et signé des conventions portant, entre autres, sur le financement de projets économiques et sociaux. A côté, il a renforcé sa participation dans le capital d’Atlantic Business International, en acquérant 15% supplémentaires, portant ainsi sa part à 65%. «L’objectif fixé consiste à dépasser la part de 70% du capital d’ici un an, tout en étendant notre présence en Afrique», affirme Mohamed Benchaaboune, PDG du groupe.

Notons que les banques à l’international (ABI, BP Maroco-Centrafricaine, BP Maroco-Guinéenne) ont largement contribué à la formation des bénéfices du groupe en 2014, avec 439 MDH tandis que les services financiers spécialisés y ont participé à hauteur de 266 MDH. Les banques au Maroc (Chaabi Bank, CIB Offshore, Bank Al-Aml et Mediafinance) et les banques d’investissement (Upline Group et Chaabi Capital Investissement), elles, contribuent à hauteur respectivement de 143 MDH et 78 MDH. En somme, la contribution des filiales est passée de 544 MDH à 943 MDH, soit un bond de 73,3% sur une année. Ainsi, le résultat net consolidé a totalisé 3,2 milliards de DH, en hausse de 1,6%, pour un RNpg en progression de 12,5%, à 2,2 milliards de DH. Cette performance a été réalisée grâce à un PNB en accroissement de 12%, à 14,7 milliards de DH et un résultat brut d’exploitation en augmentation de 17,8%, à 8 milliards deDH.

Il faut souligner que sur le plan commercial, le groupe fait mieux que la moyenne du secteur. Il a réussi à hisser l’encours de ses dépôts de 9,5%, à 230 milliards de DH alors que le secteur l’a augmenté de 7,3%, à 770 milliards de DH. Par type de clientèle, le marché des particuliers locaux a totalisé un encours en progression de 8%, à 127 milliards de DH grâce à l’entrée en relation de 370 000 nouveaux clients et à l’ouverture de 76 nouvelles agences. Le segment des clients dits «Marocains du monde» a, lui, vu son encours augmenter de 3,4%, à 79,2 milliards de DH avec le recrutement de 42 000 clients. Ce qui situe la part de marché de la banque à 51,3% contre 20,7% pour le 1er type de clientèle. Quoi qu’il en soit, la banque continue de conserver une structure des ressources optimisée avec une part des dépôts non rémunérés de 64,4% alors qu’elle se situe à 52,8% pour les autres banques du secteur.
Sur le registre du financement de l’économie, le groupe continue de surperformer son secteur. Au moment où les autres banques ont augmenté l’encours des crédits à l’économie de 2,3%, à 766 milliards de DH, la BCP, elle, l’a hissé de 3,1%, à 206 milliards de DH. Ceci lui a valu un gain de parts de marché de 29 points de base, à 24,6%.