«Nous atteindrons 1 milliard de DH de crédits et plus de 2 milliards de dépôts d’ici fin juin»

La banque devrait finir l’année avec 8 agences et10 guichets hors agence. Selon le management, le positionnement de CFG Bank est bien compris par le marché. Le compte sur carnet à taux progressif rencontre un vif succès et le crédit Immo flexible promis à un bel avenir.

Administrateur-directeur général de CFG Bank
Administrateur-directeur général de CFG Bank

Malgré une conjoncture économique difficile et le ralentissement du crédit ces dernières années, le nouveau-né du secteur bancaire, CFG Bank, avance à grands pas dans sa stratégie de développement annoncée il y a quelques mois. Lancement de produits innovants, extension du réseau d’agences, services de qualité notamment en faveur des entreprises…, l’établissement agit sur tous les fronts et ses efforts semblent d’ores et déjà payants. Plusieurs clients ont été séduits par l’offre de cette banque nouvelle génération. Souad Benbachir, administrateur-directeur général de CFG Bank, nous parle des premiers mois d’activité et des perspectives d’avenir.

Avant d’entrer dans les détails, dites-nous d’abord comment évolue CFG Bank depuis son lancement, dans le contexte économique et sectoriel actuel (faible croissance économique, ralentissement du crédit…) ?

CFG Bank évolue bien ! Après plusieurs années de préparation, nous sommes heureux de constater que nos campagnes de communication produisent leur effet, que la marque gagne progressivement du terrain et que notre positionnement est bien compris du grand public. Pour nous, c’est un succès.

Ceci dit, il est vrai que le contexte économique et sectoriel est moins porteur depuis deux à trois ans et nous avons tenu compte de cette nouvelle donne dans nos objectifs de déploiement et de croissance à court terme. Nous restons confiants sur notre marché et notre positionnement à long terme.

Vous avez annoncé il y a quelques mois une stratégie de développement ambitieuse. Comment se déroule globalement sa mise en œuvre ? Etes-vous en avance, en retard, en phase avec vos objectifs et votre planning ? Comment ont évolué vos principaux indicateurs (dépôts, crédits, nombre de clients, de produits placés…)?

Il y a encore un long chemin à parcourir. Mais ça commence bien. On est globalement en phase avec nos prévisions. Le rythme d’acquisition de clients et de distribution de crédits a atteint nos prévisions à Casablanca après 6 mois d’exercice. Rabat a démarré très fort dès l’ouverture.

Notre gamme de produits s’étoffe également. Nous avons mis une emphase particulière sur les comptes sur carnet puis sur les crédits immobiliers depuis le début de l’année. Mais nous avons également distribué 300 MDH de crédits entreprise, principalement adressés à de belles PME qui ont apprécié la rapidité de traitement et la qualité des montages que nous leur avons proposés.

Nous devrions finir le semestre avec 1 milliard de DH d’encours de crédits et plus de 2 milliards de dépôts.

Peut-on dire à présent que CFG Bank est bien installée sur le marché et est connue après de sa clientèle cible ?

Cela prend plusieurs années de construire une marque forte, mais nous y travaillons chaque jour.

L’analyse des motivations de nos premiers clients nous indique que le positionnement de CFG Bank est bien compris. Ce positionnement est axé sur la qualité de service et l’innovation. Nous visons avant tout à offrir à nos clients une expérience bancaire agréable, différente. Nous visons à leur simplifier la vie au quotidien avec des agences ouvertes jusqu’à 19h, des guichets automatiques qui permettent le dépôt de chèques et d’espèces 24h/24 et un site internet de dernière génération permettant de réaliser un grand nombre d’opérations soi-même. Comme modifier le plafond d’une carte pour un paiement spécifique, comme initier un virement à un nouveau bénéficiaire, gérer les plafonds de paiement sur internet, visualiser les chèques encaissés ou reçus, communiquer avec son conseiller par mail sécurisé…

Nous visons aussi à apporter du conseil et de la rapidité lorsqu’un client se présente en agence pour un crédit, de l’épargne ou tout autre besoin.

Tout cela avec une politique de prix axée sur la transparence des tarifs, la simplicité des offres et bien sûr de la compétitivité. Et le plus important est que ces premiers clients manifestent une grande satisfaction. Ils s’équipent de plus en plus et nous recommandent des relations de leur entourage.

Vous ouvrez cette semaine 2 nouvelles agences CFG Bank à Casablanca et Rabat. Parlez-nous de l’évolution de votre réseau depuis le démarrage et des ouvertures prévues dans le cadre de votre stratégie ?

On développe le réseau à un rythme soutenu. A Casablanca, après les agences Massira, nous ouvrons cette semaine une nouvelle agence à Palmiers au niveau de notre siège et visons deux nouvelles agences d’ici à la fin de l’année.

A Rabat, nous avons ouvert en avril une très belle antenne à Souissi et ouvrons cette semaine à l’Agdal.

A Fès, les travaux sont en cours et l’équipe devrait s’installer cet été. A Tanger et Marrakech nous avons acquis les terrains. On lancera les travaux au courant de l’année prochaine.

On devrait ainsi disposer de 8 agences fin 2016 et on vise à en ouvrir 2 à 3 par an pour atteindre 20 agences à l’horizon 2020.

Vous misez également sur l’installation de guichets automatiques nouvelle génération en dehors de vos agences. Où en êtes-vous dans ce chantier ? Les guichets ont-ils apporté une valeur ajoutée à vos clients ?

Je peux vous dire que nos guichets apportent énormément à nos clients. Les dépôts de chèques sur les guichets représentent 90% des dépôts en agences !

Nous avons en effet pour ambition de développer le parc de guichets au-delà du développement des agences. Pour cela nous travaillons à nouer des accords de partenariat avec des commerces de proximité dans des lieux de passage pour nos clients.

Nous avons ouvert le premier au quartier Bourgogne au sein d’une nouvelle enseigne de supermarchés ouverte 24h/24. Nous en ouvrons 4 nouveaux en juin au sein de stations-services partenaires sur l’axe Casa/Rabat et visons d’en atteindre 10 d’ici la fin de l’année grâce à d’autres accords en cours de discussion.

Actuellement, vous faites la promotion d’un nouveau produit, le crédit immobilier flexible. Expliquez-nous en quoi consiste-t-il et en quoi il se différencie de l’offre classique ?

Le crédit Immo CFG Bank permet à nos clients de fixer eux-mêmes leurs échéances et de les faire évoluer dans le temps de manière souple.

Ainsi, un jeune peut choisir de payer des échéances réduites pendant 5 ans puis d’avoir des échéances plus élevées cohérentes avec la progression de son salaire au bout de 5 ans. Dans le même esprit certaines personnes veulent payer des échéances élevées les premières années puis des mensualités plus réduites à la retraite. Nous savons gérer ça avec souplesse et créativité, et ça c’est vraiment innovant.

Un client est autorisé contractuellement à demander en cas de coup dur ou de circonstances particulières l’interruption de ses paiements pour une durée totale allant jusqu’à 1 an et ce, jusqu’à 4 fois pendant la durée du crédit. Un client peut aussi choisir d’étaler ses échéances sur 11 mois au lieu de 12.

En résumé, nous permettons à nos clients beaucoup de souplesse pendant toute la durée du crédit. Et tout cela avec des réponses en 48h pour la plus grande majorité des demandes. Et des agences ouvertes le samedi jusqu’au 4 juin et jusqu’à 19h tous les jours de la semaine.

Pouvez-vous nous donner plus de détails sur ce crédit (taux appliqués, durée maximale, quotité de financement, frais, conditions d’octroi…) ?

Les durées maximum sont de 25 ans. La quotité de financement maximale est de 100% du coût d’acquisition plus les coûts de transaction ou de travaux.

Les conditions d’octroi tiennent compte principalement du ratio d’endettement de la personne et de l’analyse de la régularité des revenus.

Nous avons une offre en taux fixe attractive avec par exemple des taux à 15 ans entre 4,5% et 4,7% jusqu’à fin juillet. Nous avons aussi une offre innovante en taux variable avec un produit hybride combinant un taux fixe de 4,2% pour les 5 premières années et un taux variable plafonné ensuite.

Vous avez lancé il y a quelques mois le compte sur carnet à taux progressifs. Comment a-t-il été accueilli par le marché ? Avez-vous pu attirer des clients grâce à ce produit ?

Le compte sur carnet est un produit très populaire qui a une vraie cote d’amour auprès des Marocains de tous bords. En lui accolant des taux attractifs connus à l’avance, de la simplicité dans les dépôts et retraits grâce à une carte bancaire dédiée, et en adoptant une politique de comptabilisation des intérêts dès les premiers jours, nous l’avons rendu irrésistible!

Plaisanterie mise à part, oui ce produit innovant nous a permis de pousser de nouveaux clients à découvrir CFG Bank. L’offre est d’ailleurs valable jusqu’à fin décembre.

Tout le secteur bancaire est confronté à la problématique de l’augmentation fulgurante des créances en souffrance. En tant que nouvel acteur sur le marché, ce phénomène vous a-t-il déjà touchés ?

Notre stock de crédits est récent, donc pas encore assujetti à des défauts de paiement. Par ailleurs, le niveau de risque du secteur a baissé en 2015 après des hausses significatives en 2013/2014.