Maroc leasing : BMCE Capital recommande d’alléger le titre dans les portefeuilles

Maroc Leasing a confirmé son leadership en 2010. Ses réalisations commerciales au 31 décembre son satisfaisantes, lui permettant de conserver sa part de marché à 27,2%. En effet, la production de la filiale commune de la BCP et du CIH s’est bonifiée de 3,7% pour s’établir à 3,88 milliards de DH grâce à la poursuite de l’effort d’investissement public en 2010. Cette croissance s’est traduite par une augmentation de 12,3% de l’encours net comptable de la société, à 10 milliards de DH, dont 65% en crédit-bail mobilier et 30% en crédit-bail immobilier. Parallèlement, son encours  de refinancement s’est apprécié de 10,7%, à 9,36 milliards de DH, tiré essentiellement par l’accroissement de 13,6% des dettes interbancaires.
Cela dit, la rentabilité de Maroc Leasing a été fortement altérée. Impacté par l’harmonisation des méthodes comptables post-fusion entre la société et Chaâbi Leasing, le produit net bancaire (PNB) s’est en effet replié de 34,4%, à 163,1 MDH. Cette dégradation traduit l’alourdissement de 15% de la charge nette d’intérêt et un retrait de 5,4% du résultat des opérations de crédit-bail. Hors impact de la fusion, la croissance du PNB ressort à 10,1%.
Au registre de la productivité, les efforts consentis en termes d’optimisation des charges ont permis aux frais généraux de baisser de 9,5%, à 64,5 MDH. Malgré cela, le coefficient d’exploitation s’est dégradé de 10,9 points, à 39,6% sous l’effet de la forte baisse du PNB. Et en dépit d’un coût du risque qui a reculé de 87,7%, à 1,3 MDH, la capacité bénéficiaire s’affaisse de 43,7% pour s’établir à 61,8%. Notons toutefois qu’à périmètre constant, le résultat net aurait progressé de 33,2%.
Compte tenu de ces réalisations, les analystes ont revu leurs recommandations sur le titre Maroc Leasing. Ceux de BMCE Capital préconisent d’alléger la valeur dans les portefeuilles et lui fixe un cours cible de 402 DH, ce qui présente une surcote de 6,4% par rapport au cours du 11 avril.
Il reste que les perspectives à moyen terme de la société sont encourageantes. Celle-ci devrait profiter de la dynamique de l’économie marocaine soutenue par un budget d’investissement étatique conséquent pour l’année 2011. Et compte tenu de la faible rentabilité de la société, son management doublera d’effort pour optimiser les frais généraux et maîtriser le coût du risque. Parallèlement, et face à la recrudescence de la concurrence, Maroc Leasing devrait poursuivre sa politique commerciale visant l’exploitation du réseau de distribution de ses deux actionnaires de référence, à savoir la Banque Populaire et le CIH.
Notons enfin que malgré la baisse de la rentabilité en 2010, le management de Maroc Leasing a décidé de distribuer un dividende de 20 DH par action, soit le même niveau qu’en 2009, ce qui confère à l’action un rendement de 4,6%.