… mais ont été profitables au billet vert face à  la devise européenne

Cette même annonce a légèrement orienté le dollar à la hausse contre l’euro. Théoriquement, la baisse de l’indice global (y compris l’alimentation et l’énergie) devait être défavorable au dollar, dans la perspective de la poursuite du relèvement des taux. Mais la hausse de l’indice de base (hors alimentation et énergie) de 0,3 a fait que le dollar reprenne face à l’euro.

Les économistes surveillent de très près l’inflation américaine en supposant que des pressions inflationnistes conséquentes pourraient encourager la Réserve fédérale américaine à porter son taux directeur à 5%, voir plus haut. Ceci permettrait au billet vert de continuer de bénéficier d’un écart de rendement favorable, face à une zone euro engagée sur la voie d’un resserrement monétaire.

Dans l’ensemble, la réaction du marché aux prix à la production a cependant été limitée.