L’Ona émet un emprunt obligataire de 1,5 milliard de DH

Le conseil d’administration de l’Ona compte statuer lors de l’assemblée générale ordinaire devant se tenir le 14 novembre 2007 sur l’émission d’un emprunt obligataire d’un montant de 1,5 milliard de DH, réparti sur plusieurs tranches et portant sur une période de cinq ans.
Selon BMCE Capital Bourse, cet emprunt obligataire devrait permettre au holding de refinancer le crédit relais contracté en août 2007 pour le bouclage du rachat des participations d’Auchan dans Marjane et Acima.

Atlanta : deux actions seulement pour le grand public !

Les souscripteurs à l’opération d’introduction en Bourse de la compagnie d’assurance Atlanta ont été déçus. Ceux de la tranche 3 (ordres inférieurs ou égaux à 1 MDH), formant la majorité des participants (104 002 sur 114 148), n’ont eu droit qu’à deux actions seulement, alors qu’ils s’attendaient à en recevoir plus d’une dizaine comme pour la CGI. La raison de ce faible taux d’attribution s’explique par le fait que la tranche 3 (grand public) intégrait les ordres allant jusqu’à 1 MDH, alors que dans le cas de la CGI, ce niveau se limitait à 300 000 DH.
Le taux global de satisfaction de la demande est ressorti à 0,97%. Le montant souscrit a atteint 125 milliards de DH pour un nombre d’actions demandées de 104,1 millions. Rappelons que le nombre d’actions offertes était d’un million seulement.
La tranche 3 a drainé près de 9,4 milliards de DH pour 7,7 millions de titres demandés (201 144 actions offertes). Quant à la tranche 4 (ordres entre 1 et 20 MDH), elle a enregistré une demande de plus de 67 milliards de DH pour 56,2 millions de titres demandés. Le taux de satisfaction de la demande pour cette tranche ressort à 0,36%.

Le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) vient d’émettre une nouvelle circulaire relative à l’agrément des sociétés de gestion d’organismes de placement en capital risque (OPCR). L’autorité des marchés a fixé le contenu des dossiers de demande d’agrément ainsi que la démarche de traitement et d’octroi. Le CDVM vise à travers cette circulaire à standardiser le processus d’agrément afin de le fluidifier et à hisser la pratique collective du capital risque vers les normes internationales.

Après avoir viré au rouge en 2006 avec un déficit de 54,9 MDH, soit un recul de 118 MDH par rapport à 2005, Settavex, la première filature du Maroc, sort la tête de l’eau. En effet, à fin juin 2007, la filiale du groupe espagnol Tavex améliore notoirement ses performances en affichant un bénéfice de 3,8 MDH contre 0,1 MDH un an auparavant. Une remontée qui s’opère grâce aussi bien au retour de la croissance (un chiffre d’affaires qui progresse de 6,4% à 277,5 MDH) qu’à la bonne maîtrise des charges d’exploitation. Celles-ci reculent de 8%, ce qui permet au résultat opérationnel de croître de près de 50% à 15,3 MDH.
Ce retour à une meilleure fortune conforte la maison mère dans son choix d’accroissement en cours de la capacité de production et, surtout, son plan de restauration de marge mis en place en 2006 et qui vise à réduire de 30% les coûts opérationnels d’ici 2008.

Rappelons que pour financer un ambitieux projet d’extension, Settavex avait émis, en 2005, une dette obligataire de 300 MDH. Conjuguée au poids des crédits de trésorerie, la dette financière pèse à peu près 20 MDH annuellement en charges financières.