Lesieur s’en sort malgré une conjoncture difficile

Les revenus ont été plombés par la répercussion de la baisse du cours des huiles de soja sur les prix de vente des huiles de table. Grà¢ce à  une gestion optimisée des achats de matières premières, les bénéfices sont en hausse de 18%. Le dividende se situe à  5 DH contre 4,20 DH en 2012, soit un taux de rendement de 4,6%.

Lesieur Cristal s’en est bien sortie au terme de l’exercice 2013 en dépit d’un contexte économique difficile. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 4,1 milliards de DH, quasiment le même niveau (+0,7%) qu’en 2012, et ce, malgré sa décision de répercuter la baisse des cours des huiles de soja sur les prix de vente des huiles de table.

De fait, les revenus ont été portés par sa stratégie d’innovation. La société a lancé le produit «El Kef, savon en pâte multi-usages» ainsi qu’une gamme de condiments (mayonnaise et ketchup) sous sa propre marque. Ils sont venus s’ajouter aux deux produits lancés en 2012, à savoir l’huile d’olive Al Horra et le savon liquide sous l’appellation Taous.

De plus, Lesieur a développé son activité export aussi bien vers les marchés matures que vers de nouveaux marchés. A ce titre, ses exportations se sont améliorées de 20%. Il faut dire aussi que l’industriel a tiré profit de l’amélioration de la consommation des ménages qui a enregistré une hausse de 5,6% en volume contre 3,6% une année auparavant. De même, il a bénéficié des effets de la bonne campagne agricole sur les revenus dans les zones rurales ainsi que de la bonne tenue de l’activité touristique.

Dans ce sillage, le résultat d’exploitation s’est apprécié de 14% pour s’établir à 262 MDH, consécutivement à la gestion favorable des couvertures des matières premières et à la maîtrise des charges opérationnelles. En effet, ces dernières ont totalisé 3,8 milliards de DH, soit le même niveau que l’année écoulée. Du coup, la marge opérationnelle s’est élevée à 6,4%, gagnant 80 points de base sur une année glissante.

Intégrant un résultat financier de 23 MDH, la société a dégagé des bénéfices de 125 MDH, en progression de 18%. Ce qui situe la marge nette à 3% contre 2,6% une année plus tôt, soit une croissance de 40 points de base. Dans ces conditions, la société devrait distribuer un dividende ordinaire unitaire de 5 DH par action, en hausse de 19%, fixant le taux de distribution à 110%. Parallèlement, le taux de rendement du dividende s’élève à 4,6% sur la base du cours observé lors de la séance du 18 mars.

Du côté des perspectives, la société compte poursuivre les chantiers stratégiques déjà entamés et devrait également continuer à faire face à la volatilité des prix des matières premières. Pour rappel, elle a annoncé au 4e trimestre la construction d’une unité de trituration des olives, moyennant une enveloppe budgétaire de 27,80 MDH. En outre, Lesieur a contracté un prêt de 2,5 millions d’euros auprès de la BERD afin de financer les travaux de construction d’une nouvelle chaudière biomasse.