Lesieur : redressement progressif des marges et recentrage de l’activité

Lesieur Cristal affiche une performance boursière honorable cette année. Son titre a gagné 23,5% depuis le début janvier, pour un cours au 3 mai de 1 303 DH.

Lesieur Cristal affiche une performance boursière honorable cette année. Son titre a gagné 23,5% depuis le début janvier, pour un cours au 3 mai de 1 303 DH. Les investisseurs ont de fait plébiscité la valeur compte tenu du redressement significatif de ses résultats en 2009. La société a d’ailleurs fait l’objet de plusieurs recommandations, notamment chez BMCE Capital Bourse qui lui a fixé un cours cible de 1 332 DH, et ce, en se basant sur ses prévisions de résultats en 2010 et 2011.

Mais d’abord, même si le chiffre d’affaires 2009 de Lesieur a régressé de 7,6%, à 3,99 milliards de DH, sa rentabilité opérationnelle a marqué un bond de 79,3% pour s’établir à 355 MDH, et son bénéfice net a progressé de 84,8%, à 292 MDH. Si l’activité a pâti de la baisse des cours des huiles brutes (les ventes en quantité sont en hausse de 6%), les indicateurs d’exploitation se sont nettement redressés grâce à l’amélioration de la marge de l’huile de table, suite à une gestion performante des achats et une optimisation de l’outil industriel, ainsi qu’au bon comportement de l’activité savon. La plus-value de cession de CMB Plastique a quant à elle légèrement dopé le résultat net, mais l’essentiel de la croissance bénéficiaire provient des performances opérationnelles.

Ainsi, Lesieur retrouve des niveaux de marge «acceptables» après plusieurs années difficiles, où les conditions dégradées du marché ont succédé à des décisions stratégiques inopportunes. «Aujourd’hui, et après le retour à l’ordre du marché, Lesieur semble sur la bonne voie pour recouvrir ses niveaux de marges historiques et rétablir un niveau de rentabilité qui lui sied», estiment les analystes de BMCE Capital.

Pour ce faire, la filiale d’Ona projette de poursuivre sa stratégie axée sur la sécurisation des achats via une gestion performante des couvertures sur les matières premières, l’optimisation des coûts de production grâce à la restructuration de l’outil industriel et la rationalisation de la distribution par l’optimisation des circuits de distribution. En parallèle, et s’inscrivant dans le cadre des efforts de recentrage sur le Core Business, Lesieur pourrait céder son activité de trituration qui affiche des marges en dégradation continue face au démantèlement douanier sur les tourteaux de soja. Par ailleurs, et dans le cadre de la réorganisation des holdings Ona et Sni, la société devrait faire l’objet d’une offre publique de vente afin d’augmenter son flottant à la Bourse de Casablanca.

Compte tenu de ces perspectives, et tablant sur un redressement progressif des cours des matières premières dans les années à venir, Lesieur devrait générer un chiffre d’affaires de 4,07 milliards de DH en 2010 (+2%) et de 4,17 milliards en 2011 (+2,5%), pour des résultats nets respectifs de 298,8 MDH (+2,3%) et 312,8 MDH (+4,7%).