Les titres Total Maroc offrent des perspectives intéressantes

La société est correctement valorisée compte tenu des prévisions de croissance de son activité. Son rendement de dividende dépasse largement la moyenne du marché n Les souscriptions à  partir du 11 mai.

L’introduction en bourse tant attendue de Total Maroc a été officialisée par l’octroi, fin avril, du visa du Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM). 15% du capital de ce distributeur d’hydrocarbures, soit 1,34 million d’actions, seront cédés sur le marché entre le 11 et le 15 mai, à un prix unitaire compris entre 455 et 535 DH. Ce qui établit le montant global de l’opération entre 611,5 et 719 millions de DH. Du papier frais qui ne sera que bénéfique à la Bourse de Casablanca dans la conjoncture actuelle, d’autant plus que la signature de l’émetteur est de qualité et son secteur d’activité parmi les plus solides et prometteurs de l’économie nationale.

Pour Total Maroc, cette introduction en bourse s’inscrit dans une perspective de croissance et de développement et traduit sa volonté d’ouverture vis-à-vis de sa clientèle, de ses partenaires et de la communauté financière. Les principaux objectifs de l’opération sont, entre autres, s’appuyer sur les acteurs locaux pour inscrire le développement du groupe au Maroc sur le long terme, institutionnaliser son tour de table en l’ouvrant aux investisseurs et aux salariés, développer sa notoriété auprès de la communauté financière et du grand public et enfin permettre le recours à des financements externes ultérieurs grâce à un accès direct aux marchés financiers.
Les 15% du capital qui seront cédés sur le marché sont structurés en trois tranches. La première, réservée aux salariés marocains permanents du groupe, porte sur un nombre d’actions compris entre 53 432 et 62 827, en fonction des résultats des souscriptions de toute l’opération.

Soit une part entre 4% et 4,7% de l’ensemble des titres à céder, pour une valeur de 28,58 millions de DH hors décote de 20% prévue pour cette catégorie de souscripteurs. La deuxième tranche est dédiée aux personnes physiques, résidentes ou non, de nationalité marocaine ou étrangère, ainsi qu’aux personnes morales autres que les investisseurs qualifiés, justifiant de plus d’une année d’existence au 1er avril 2015. Elle porte sur 403 200 actions, soit 30% de l’offre. Les souscripteurs dans cette tranche bénéficieront d’une décote de 10% par rapport au prix de cession qui sera retenu, dans la limite de 20 actions correspondant à la première allocation. Enfin, la troisième tranche, réservée aux investisseurs qualifiés marocains et étrangers (OPCVM, assureurs, banques…), porte sur un nombre d’actions compris entre 877 973 et 887 368, soit entre 65,3% et 66% de l’offre.

Des investissements de plus de 200 MDH par an

La valorisation des titres Total Maroc a tenu compte de deux méthodes, celle de l’actualisation des flux futurs de trésorerie et celle des multiples boursiers. La fourchette de prix retenue, entre 355 et 535 DH, donne une valeur globale de la société comprise entre 4 et 4,8 milliards de DH. Par rapport à la valorisation obtenue par la méthode de l’actualisation des flux futurs, le bas de fourchette offre une décote de 16% tant que le haut de fourchette donne une remise de 1%. Dans les deux cas, les indicateurs boursiers qui se dégagent sont intéressants. En effet, par rapport aux résultats de l’entreprise relatifs à l’année 2014, le bas de fourchette fait ressortir un multiple de bénéfice (PER) de 12,8 et un rendement de dividende de 7,6%. Quant au haut de fourchette, il donne un PER de 15 et un rendement de 6,5%.
Des indicateurs qui se justifient au vu des perspectives prometteuses de la société.

Sur le plan sectoriel d’abord, le marché marocain des hydrocarbures offre un potentiel de croissance avéré, avec une augmentation moyenne de la demande supérieure à 2% par an sur le long terme (d’ici 2030), selon les estimations internes de Total Maroc. A court terme, soit sur les cinq prochaines années, le marché devrait se montrer particulièrement dynamique  compte tenu de la croissance de l’économie marocaine, du parc automobile… Dans ces conditions, et compte tenu d’une politique d’investissement soutenue dans l’extension du réseau des stations et l’optimisation de la chaîne logistique (investissements de plus de 200 MDH par an jusqu’en 2018), le groupe devrait réaliser des ventes en croissance annuelle moyenne de 4,1% sur les quatre prochaines années. Soit un chiffre d’affaires qui devrait croître de 5% sur la période pour atteindre plus de 13 milliards de DH. En découlerait un résultat net part du groupe en croissance annuelle moyenne de 9,8% jusqu’en 2018, sachant qu’en 2014 son bénéfice net s’élevait à 320 MDH.
A noter que la première cotation des titres Total Maroc est prévue pour le 29 mai.