Les sociétés cotées retrouvent le chemin de la croissance

Sur 73 sociétés, 57 ont amélioré leurs résultats à l’issue du 1er semestre. La masse bénéficiaire de la cote a progressé de 14,3%, à 15,7 milliards de DH. Le secteur immobilier renoue avec la croissance.

Malgré un contexte économique peu encourageant, les sociétés cotées ont retrouvé le chemin de la croissance durant le premier semestre 2016. En effet, sur 73 sociétés cotées (Stroc Creative Contractor n’avait pas encore publié ses comptes à l’heure où nous mettions sous presse), 57 ont dégagé des résultats en hausse. Rappelons qu’il y a un an, les bénéfices semestriels de la cote avaient chuté de 20% en dépit d’une conjoncture économique favorable, et ce, en raison du déficit abyssal de la Samir. Cette année, et malgré quelques profit warnings, aucun événement majeur n’est venu perturber la cote dont quasiment tous les secteurs représentés ont amélioré leurs bénéfices, hormis le secteur minier et celui des sociétés de financement.

Ainsi, sur le plan commercial, le chiffre d’affaires agrégé du marché s’est établi à 112,4 milliards de DH, en amélioration de 4,8%, soit un additionnel de 5 milliards de DH. Cette évolution intègre une progression de 1,7 milliard de DH des revenus des établissements de crédit, une augmentation de 576 MDH du volume d’affaires des compagnies d’assurance, et un bond de 2,9 milliards de DH de l’activité des sociétés non financières. Notons que ce dernier segment a été impacté par l’élargissement du périmètre d’activité de Maroc Telecom qui s’est soldé par une amélioration de ses ventes de 1 milliard de DH, et par le redressement du secteur immobilier coté dont les ventes se sont bonifiées de 1,3 milliard de DH.

Toutefois, la croissance du chiffre d’affaires global a été limitée par le recul des ventes des secteurs minier et gazier qui ont lâché, respectivement, 411 MDH et 613 MDH. Une contre-performance qui s’explique par un effet prix qui a affecté les acteurs de ces deux secteurs malgré une hausse des volumes écoulés. Dans le même sillage, Taqa Morocco a accusé une baisse de ses revenus de 7%, à 4,05 milliards de DH suite à l’arrêt pour maintenance de l’une de ses unités.

Sur le plan opérationnel, les sociétés cotées ont dégagé un résultat d’exploitation en amélioration de 8,3%, à 31,6 milliards de DH. Soit une marge opérationnelle de 28,15%, en hausse de 0,9 point. Une évolution qui intègre une baisse des coûts pour les sociétés non financières, dont le résultat s’est hissé de 11%, à 15,2 milliards de DH. Et un raffermissement du résultat brut d’exploitation des établissements de crédit de 5,2%, à 15,05 milliards de DH. Suivant la même tendance, le secteur des assurances a amélioré son résultat de 10%, à 1,3 milliard de DH.

Au final, la capacité bénéficiaire de la cote s’est raffermie de 14,3%, à 15,7 milliards de DH, portant la marge nette à 14%, en hausse de 1,15 point. Une performance portée par les sociétés non financières qui ont contribué à la croissance du bénéfice global à hauteur de 67% (résultat en hausse de 17,6%, à 8,8 milliards de DH) grâce notamment à des éléments non récurrents comptabilisés par Maroc Telecom et Risma mais surtout la dynamique des promoteurs immobiliers cotés qui ont triplé leur résultat net. Une montée en flèche à mettre particulièrement à l’actif d’Alliances qui a réussi à éponger un déficit de 384 MDH. Les opérateurs des hydrocarbures ont également marqué le semestre par leur performance, en améliorant leur bénéfice de 70%, à 657 MDH. Par ailleurs, les sociétés financières ont augmenté leur résultat de 580 MDH malgré l’augmentation du coût du risque.