Les promoteurs immobiliers cotés continuent de séduire les analystes

Addoha et Alliances sont recommandées à  l’achat avec un cours cible attractif.
Les promoteurs devraient profiter du déficit en logements pour doper leurs résultats. Ils vont toutefois pà¢tir de la rareté du foncier et du tassement des ventes sur le haut standing.

S’il y a un secteur de la cote qui continue de séduire les analystes de la place, c’est bien celui de l’immobilier. En dépit du contexte actuel marqué par un tassement des transactions immobilières, les sociétés de Bourse de BMCE Capital et d’Upline Group estiment que les promoteurs immobiliers cotés devraient continuer de générer des bénéfices en hausse au cours des deux prochains exercices, suivant ainsi la même tendance de l’année dernière. Les trois sociétés, à savoir Addoha, Alliances et la CGI, ont dégagé un bénéfice cumulé de 3 milliards de DH en 2012, en hausse de 1,1% par rapport à 2011. Si la CGI n’avait pas réalisé un résultat en baisse de 15% en raison de la mauvaise prestation de sa filiale Immolog, le secteur aurait réalisé une croissance bénéficiaire plus importante.
En tout cas, tant qu’il y a un déficit important de logements économiques dans les grandes villes du Royaume, et que le secteur bancaire poursuit son effort de financement aux acquéreurs, la demande ne pourra qu’augmenter et doper les revenus des promoteurs. Ces derniers devraient également profiter des nouvelles incitations mises en place par le gouvernement pour créer une offre de logements dédiés à la classe moyenne.

C’est pour ces raisons que les analystes des deux sociétés de bourse recommandent d’acheter les valeurs Addoha et Alliances. Le cours de la première devrait atteindre 85,10 DH selon BKB, soit un potentiel de hausse de 48,7% par rapport au cours actuel, et 71 DH selon Upline Securities, ce qui présente une croissance potentielle de 24%. Pour Alliances, les valorisations aboutissent à un cours cible de 762,90 DH pour le premier intermédiaire boursier et 656 DH pour le second, soit une progression potentielle de 56,8% et 34,8 respectivement. En revanche, la CGI divise les analystes. Au moment où BKB recommande de conserver la valeur et la valorise à 583,30 DH, soit 3,8% de hausse potentielle par rapport au cours actuel, Upline, elle, recommande aux investisseurs d’alléger le titre dans les portefeuilles en tablant sur un cours de 556 DH, ce qui correspondrait à une baisse de 1% par rapport au cours du 6 mai.

Il reste que, dans l’ensemble, le secteur immobilier promet des perspectives favorables durant les deux prochaines années. D’abord, Addoha dispose d’un chiffre d’affaires sécurisé de 16 milliards de DH correspondant à des compromis de vente signés pour 26 956 logements. 70% de ce chiffre d’affaires sécurisé sont relatifs à des biens haut standing commercialisés par la filiale Prestigia. De plus, le groupe a signé une convention avec l’OCP pour la construction de 11 000 logements en faveur de son personnel, et une autre avec l’ALEM pour la production de 38 000 logements économiques. Un troisième partenariat a été conclu avec la CDG et la SMIT en vue d’accélérer le développement de la station balnéaire de Sâïdia. Par ailleurs, le groupe devrait se développer davantage à l’international. A ce titre, le promoteur réaliserait 7 600 unités en Côte d’Ivoire en plus de 2 000 logements au Burkina Faso et au Gabon.

Parallèlement, le groupe devrait comprimer son besoin en fonds de roulement à travers notamment la réduction des délais d’encaissement et la maîtrise des frais généraux. Par conséquent, Addoha devrait réaliser, selon BKB, des bénéfices de 2 milliards de DH en 2013, en croissance de 14% contre 1,9 milliard de DH (+4%) pour Upline. Pour sa part, Alliances, qui a porté son chiffre d’affaires sécurisé à 14 milliards de DH, compte maintenir son rythme de livraison de logements sociaux entre 11 000 et 13 000 unités par an. Pour ce faire, elle prévoit d’étendre sa réserve foncière de 2 000 hectares sur l’axe Rabat-Casablanca. S’agissant du segment résidentiel, le promoteur table sur la livraison de la première tranche du projet Sindibad et de Taghazout. Pour sa part, le carnet de commandes du pôle construction totalise près de 3 milliards de DH. Cela n’empêche pas les analystes de prévoir une baisse des résultats de 9% en 2013, à 796,5 MDH pour Upline et de 12,4%, à 766,4 MDH pour BKB.

Enfin, la CGI, qui compte mobiliser une enveloppe de 1 milliard de DH annuellement dédiée à l’investissement en foncier, table sur la montée en puissance des livraisons des projets de la marina et de Casablanca Green Town pour doper ses revenus. A cet effet, le promoteur affiche un chiffre d’affaires sécurisé de 8 milliards de DH dont 5 milliards affectés à la CGI S.A. Le groupe est par ailleurs en quête de nouveaux projets, notamment à Béni-Mellal, Safi et Khouribga. Par conséquent, ses bénéfices devraient se situer à fin 2013 à 323,5 MDH, soit une progression de 2,4% selon Upline et à 411,4 MDH pour BKB.

Cependant, les promoteurs de la cote devraient faire face à un certain nombre de difficultés qui pourraient freiner leur croissance. Il s’agit notamment de la rareté du foncier urbain qui se traduirait forcément par une envolée des prix des terrains, ce qui élèverait leur coût d’investissement. Il y a aussi le risque imminent de ralentissement des ventes, principalement dans le haut standing suite, entre autres, à la baisse de l’activité touristique. Autre difficulté : la lourdeur des procédures administratives qui impacte sensiblement les décisions d’acquisition des clients.