Les particuliers et les étrangers vendeurs en Bourse

Les dernières statistiques relatives à la ventilation des transactions boursières par catégorie d’investisseurs confirment les révélations faites par certains analystes au cours de ces derniers mois. Les particuliers et les investisseurs étrangers sont bel et bien vendeurs en Bourse, tandis que les OPCVM sont plutôt acheteurs. En effet, les opérations d’achat réalisées par les particuliers au cours du premier trimestre 2011 totalisent 1,5 milliard de DH, alors que leurs opérations de vente atteignent 1,9 milliard de DH. Les ordres d’achat émis par les particuliers via le réseau bancaire ont, pour leur part, totalisé 154 MDH, au moment où leurs ordres de vente ont porté sur 350 MDH.
Les personnes morales étrangères ont, elles, acheté pour 1,17 milliard de DH d’actions, sachant que leurs ventes ont totalisé 1,6 milliard de DH. Et, dans une moindre mesure, les opérations d’achat des particuliers étrangers ont porté sur 69 MDH, alors que leurs opérations de vente ont totalisé 84 MDH.
Seuls les OPCVM étaient acheteurs au cours du premier trimestre, avec un volume de 4,8 milliards de DH contre des ventes totalisant 3,5 milliards.

IAM : résultat opérationnel en baisse de 7,2% au premier trimestre 2011

Résultats trimestriels pour le moins mitigés pour l’opérateur historique Maroc Telecom. Les comptes arrêtés au 31 mars 2011 font apparaître un chiffre d’affaires consolidé de 7,53 milliards de DH, en hausse d’à peine 1,2% par rapport à mars 2010. Cette augmentation s’explique par l’expansion de 17% du parc clients du groupe, qui atteint désormais 26,2 millions. Le parc mobile au Maroc a progressé de 6,9%, tandis que celui des filiales africaines s’est apprécié de 56%.
Cette faible croissance du chiffre d’affaires s’est transformée en une baisse sur le plan opérationnel. L’excédent brut d’exploitation a en effet reculé de 5,7%, à 4,04 milliards de DH, et le résultat opérationnel a régressé de 7,2%, à 2,97 milliards, impacté en plus par la poursuite des investissements dans les réseaux et les systèmes. La marge opérationnelle se maintient tout de même à un niveau élevé, à 39,5%.
Malgré ses réalisations, Maroc Telecom maintient ses perspectives pour le reste de l’année. Il table sur une légère croissance du chiffre d’affaires et sur une marge opérationnelle toujours élevée.

Malgré leur amélioration, les ratios boursiers de la place de Casablanca restent élevés

La Bourse de Casablanca affiche l’une des plus fortes contre-performances des places émergentes. Son indice a reculé de 5,5% depuis le début de l’année, alors que les cours sont en progression comme en Turquie, en République Tchèque et en Chine, ou en légère baisse comme en Argentine et au Mexique. Malgré cela, et en dépit de la réalisation par les sociétés cotées marocaines de bénéfices en hausse de 8,8% au titre de 2010, les ratios boursiers de la place casablancaise demeurent élevés par rapport à ceux des autres Bourses émergentes. En effet, selon la dernière édition de la Revue mensuelle de la conjoncture de Bank Al Maghrib, le PER (capitalisation boursière rapportée à la masse bénéficiaire) de la Bourse de Casablanca se situe aux alentours de 17, alors qu’il est inférieur à 13 en Turquie, en Chine, en République Tchèque et en Argentine. Le Price to book, qui est le rapport entre la capitalisation boursière et les fonds propres comptables des sociétés cotées, est pour sa part proche de 4 au Maroc, alors qu’il est de 1,5 en Russie, de 2,2 en République Tchèque et en Turquie, et de 2,5 en Chine et en Argentine.