Les OPCVM à  capital garanti séduisent les particuliers

Ils détenaient à  fin mars 44% de l’actif net des OPCVM contractuels de la place.
Wafa Gestion, BMCE Capital Gestion et Gestar offrent la garantie du capital et un rendement indexé sur les valeurs de la Bourse de Casa ou sur des indices internationaux.
Ces fonds sont investis dans les produits monétaires.

Ce n’est un secret pour personne, les investisseurs marocains se soucient davantage de la sécurité de leurs placements plutôt que de leur performance. Si les institutionnels, notamment les compagnies d’assurance et les caisses de retraite, sont légalement obligés de le faire, les particuliers, eux, le font par choix. Exemple : les fonds communs de placement à capital garanti, plus connus sous le nom «d’OPCVM contractuels», ont été plébiscités par les personnes physiques dès leur apparition au Maroc courant 2008. Leur actif net, qui s’élevait à 640 MDH à fin mars 2010, était détenu à hauteur de 44% par cette catégorie d’investisseurs. Ceci alors que dans les fonds actions, les particuliers ne détiennent que 9% de l’actif net. C’est donc un choix clairement affiché pour la sécurité de l’investissement. Mais comment ces fonds fonctionnent-ils pour garantir des centaines de millions de DH à leurs souscripteurs ?

Notons d’abord que la place compte trois OPCVM contractuels ouverts au grand public, proposés par trois sociétés de gestion : Capital Garanti 2011 de Wafa Gestion, Capital Sûr de BMCE Capital gestion et SG Cash Garanti de Gestar. Ils ont tous la même particularité, celle de la garantie de 100% du capital. Ils sont également investis dans les mêmes produits financiers, à savoir les instruments monétaires et les produits de taux de courte maturités (bons du trésor, dépôts à terme…). C’est d’ailleurs ce qui permet à ces sociétés de gestion de garantir le capital investi, car ces produits financiers ont un risque quasiment nul. Cela dit, les modalités d’investissement et de rémunération du placement diffèrent d’un fonds à l’autre.

Prenons le plus ancien, celui de Wafa Gestion. Créé en avril 2008, cet OPCVM a une durée de vie de 2 ans, 7 mois et 21 jours, au bout de laquelle il sera soit liquidé, soit renouvelé. La garantie du capital et les conditions de rémunération du fonds ne sont accordées qu’aux investisseurs ayant souscrit à la création, et qui attendront la liquidation avant de racheter leurs parts. Pour ceux qui ont souscrit au fonds après sa création ou qui décident de le faire actuellement, aucune garantie du capital n’est fournie. De plus, ils doivent supporter des frais de souscription et de rachat respectivement de 3% et 2% de leur mise. Pour ce qui est de la rémunération, elle est indexée sur des indices de marchés actions même si le fonds est investi dans les produits monétaires. En effet, le rendement que toucheront les investisseurs à la liquidation est égal à 70% de la moyenne des performances trimestrielles, libellée en dirhams et plafonnée à 30%, d’un panier de quatre indices internationaux représentant chacun 25% de ce dernier. Ces indices sont le DJ Eurostoxx 50 (Zone Euro), le Nikkei 225 (Japon), le S&P 500 (Etats-Unis) et le Hang Sang Index (Chine). Si la performance finale du panier est négative, la valeur liquidative du fonds à l’échéance sera égale à la valeur liquidative initiale.

Capital Sûr de BMCE Capital Gestion, lancé en décembre 2008 pour une durée de 2 ans, fonctionne de la même manière sauf que sa rémunération est indexée sur des valeurs cotées à la Bourse de Casablanca. En effet, la garantie du capital est assurée, pour les personnes ayant souscrit au démarrage du fonds, par un investissement dans les produits de taux et les instruments monétaires. Pour ce qui est du rendement, le fonds est assorti d’un contrat de swap de performance dont l’objectif est de verser aux investisseurs à l’échéance une participation de 42% à la performance haussière, plafonnée à 40%, de 5 valeurs cotées à la Bourse de Casablanca, représentant chacune 20% du nominal. Ces valeurs sont Addoha, CGI, Maroc Telecom, Ona et le CIH. Si les performances de ces titres sont négatives à l’échéance, les investisseurs reçoivent 100% du capital investi.

Enfin, SG Cash Garanti de Gestar est un peu différent des deux précédents. Créé en juin 2009, il a une durée de vie illimitée et est libre d’accès à tout moment pour les investisseurs, moyennant des frais de souscription et de rachat de 3% et 2,5%. Seulement, sa valeur liquidative est de plus de 100 000 DH. De plus, sa performance n’est pas indexée sur les actions. Elle est égale au rendement des instruments monétaires et des produits de taux qui composent son portefeuille. Notons que sa performance depuis début 2010 est égale à 1,38%.