Les compagnies minières n’ont plus la faveur des analystes

Upline Securities et BMCE Capital recommandent de conserver Managem dans les portefeuilles. SMI est à  alléger et CMT à  acheter, selon Upline. Face à  la baisse des cours des métaux, les sociétés devraient augmenter leur production ou rechercher des relais de croissance.

Le secteur des mines ne séduit plus autant les analystes. Alors qu’il y a tout juste deux années, ils recommandaient constamment les valeurs cotées du secteur à l’achat, ils conseillent actuellement de ne plus renforcer ces titres dans les portefeuilles, voire de les alléger. Seule la Compagnie minière de Touissit (CMT) a toujours la faveur de certains analystes, mais elle ne fait plus l’unanimité comme avant. C’est du moins ce que révèlent les récentes notes de recherche d’Upline Securities et de BMCE Capital Bourse (BKB).Plusieurs raisons sont derrière le changement d’avis des professionnels : la fluctuation des cours des métaux précieux et des minerais de base sur les marchés internationaux depuis la seconde moitié de l’année dernière et la forte exposition au risque de change avec la volatilité du dollar notamment. De plus, les compagnies sont exposées à l’instabilité politique en Afrique ainsi qu’à différents risques sociaux.Dans ce contexte, les deux sociétés de bourse recommandent de conserver Managem et la valorisent à 1 246 DH pour Upline et 1 205,8 DH pour BKB. Ce qui donne un potentiel de hausse du cours d’à peine 0,5% et 3,8% suivant les deux valorisations, par rapport au cours de clôture du 3 novembre. Ces valorisations interviennent dans un contexte de poursuite du repli des cours des métaux précieux (or et argent) et d’une reprise observée sur certains métaux de base au 3e trimestre, particulièrement le zinc.

Toutefois, l’impact de cette baisse devrait être limité partiellement grâce à la montée en puissance des projets de Bakoudou, Jbel Laassel et d’Oumjrane. De même, Upline anticipe l’augmentation du cuivre dans le mix-produit lors des prochains exercices, surtout après le démarrage de nouvelles mines (Bouskour au Maroc et Pumpi en RDC). Dans ce cadre, Managem ambitionne d’atteindre une production annuelle de 50000 tonnes à horizon 2019-2020 contre 10000 tonnes actuellement. A l’international, le groupe devrait accélérer sa stratégie de développement en Afrique de l’Ouest. Cette activité devrait drainer plus de 40% de ses revenus dans les 5 prochaines années alors que la part se limite à 15% à fin 2013. En tout cas, la compagnie devrait réaliser en 2014 un bénéfice de 341,5 MDH prévu par BKB ou de 295 MDH pour Upline, soit des baisses respectivement de 15,6% et de 27%.Sa filiale SMI devrait également réaliser des revenus en contraction.

Upline table sur un résultat net de 339 MDH, en repli de 33% contre un recul de 34,5% pour BKB, à 333,5 MDH. La valeur est à conserver pour la première société de bourse qui fixe un cours cible de 3 624,70 DH, alors qu’elle est à alléger pour le second avec un objectif de cours de 3 291 DH. Le potentiel de baisse du cours s’établit alors entre 0,4% et 9,6%. Il faut dire que la société ne présente pas des perspectives de développement favorables au vu de la poursuite de la tendance baissière du cours de l’argent depuis le début du 2e semestre, atteignant au 1er juillet 17,50 dollars l’once, soit un repli de 16,7%. Néanmoins, cette situation devrait être compensée par la politique de couverture favorable qu’adopte la société en cette année, avec 30% de la production annuelle couverte à hauteur d’un cours de 21 dollars l’once. Elle devrait être atténuée également par l’augmentation escomptée des volumes vendus dans le sillage de l’extension de la mine d’Imiter. Par ailleurs, le redressement des réalisations de la société dépendra de sa capacité à améliorer le rythme de sa production pour revenir au niveau de 2011 où la production normative s’établissait à 240 tonnes métal par an.

Par ailleurs, les analystes estiment que la société devrait s’atteler à maîtriser ses coûts opératoires qui ont affiché une hausse à deux chiffres au 1er semestre de l’exercice courant.CMT divise également les analystes. Alors qu’elle est à acheter pour Upline avec un cours cible de 1 766 DH, soit une croissance potentielle de 29,8%, elle est à conserver pour BKB avec un objectif de cours de 1541,40 DH, soit une baisse potentielle de 11,7%. Upline considère que la société ne dispose plus d’un matelas financier à même de limiter l’impact de la baisse des cours sur sa rentabilité. Cependant, la hausse des cours des métaux de base, le zinc particulièrement, pourrait amortir la dépréciation des revenus sur l’argent.

BKB estime, par ailleurs, que ce contexte ne devrait pas l’empêcher de lancer des travaux d’augmentation de la capacité de production de 25% de la mine de Tighza, devant nécessiter un investissement global de 200 MDH. Parallèlement au développement de sa mine historique, CMT compte sur sa filiale aurifère Auplata en Guyane française pour prendre le relais de la croissance. A côté, la société projette de diversifier son activité en se positionnant sur le cuivre à Tabaroucht, projet qui devrait permettre de générer un chiffre d’affaires annuel additionnel se situant entre 100 et 150 MDH. Dans ces conditions, la société devrait totaliser, à fin 2014, un RNpg de 201,3 MDH, selon BKB, en retrait de 44%. Upline, elle, table sur un résultat net (social) en recul de 32,3%, à 246 MDH.