Les compagnies minières cotées s’en tirent à bon compte

Managem a pu compenser l’effet de la baisse des cours par l’augmentation de la production et l’appréciation du dollar. Les bénéfices de SMI en léger repli à cause du bilan des couvertures de change. CMT lancera en 2017 une unité de production d’or à Tighza.

La conjoncture mondiale a été difficile en 2015 pour le secteur minier. Les cours des métaux ont effet vu leur niveau moyen diminuer de 20% pour le cuivre, 18% pour l’argent, 11% pour le zinc, 15% pour le plomb et 9% pour le cobalt. Malgré cet environnement peu propice à la croissance, les compagnies minières cotées à la Bourse de Casablanca se sont montrées résiliantes et ont publié des résultats globalement en progression au titre de 2015.

En effet, le groupe Managem a réalisé un chiffre d’affaires consolidé en hausse de 12% par rapport à 2014, à 4,32 milliards de DH. La chute des cours des métaux a eu un impact de 880 MDH qui a été largement compensé par la hausse des volumes produits et par l’appréciation du dollar face au dirham. Cette performance, couplée à la baisse des charges de production, a permis au résultat d’exploitation de croître de 38%, à 617 MDH. Une croissance qui n’a toutefois pas été totalement transmise au résultat net part du groupe puisque ce dernier n’a progressé que de 13%, à 205 MDH. En cause, le repli du résultat financier de 115 MDH du fait de la non-récurrence des gains réalisés sur les couvertures de change en 2014. Quoi qu’il en soit, le groupe a pu être performant et compte ainsi récompenser ses actionnaires en distribuant un dividende de 20 DH par action. Il est également confiant en l’avenir et dresse des perspectives encourageante. Sa stratégie de développement s’est traduite par la réalisation d’avancées majeures, notamment la découverte de nouvelles réserves minières permettant un rallongement des durées de vie de ses mines, l’avancement des travaux d’exploration, de certification des ressources et d’étude de faisabilité des projets cuprifères, et la poursuite des travaux d’exploration d’or à l’international. Managem compte poursuivre cette stratégie de développement tout en continuant à miser sur la réduction des coûts et l’amélioration des performances opérationnelles.

La filiale du groupe cotée en bourse et spécialisée dans l’argent métal, SMI, a également pu dégager des résultats honorables. En effet, malgré la baisse du cours de l’argent, son chiffre d’affaires a progressé de 7%, à 1,04 milliard de DH. L’effet prix (-240 MDH) a été largement compensé par la hausse des volumes vendus (+125 MDH) grâce à la progression des volumes traités et la consolidation de la teneur en argent, ainsi que par l’appréciation du dollar face au dirham (+182 MDH). Le résultat d’exploitation a, lui, crû de 16% à 288 MDH. L’amélioration du chiffre d’affaires ayant été amplifiée par les efforts d’optimisation des charges. Néanmoins, le résultat net enregistre un léger repli de 4%, à 234 MDH, en raison de la baisse du résultat financier, ce dernier ayant été impacté par le bilan des couvertures de change. Cela dit, comme sa maison mère, SMI compte maintenir la rémunération de ses actionnaires à un niveau satisfaisant en distribuant un dividende de 220 DH par action. S’agissant des perspectives, le programme de recherche et d’exploration de la société a permis de mettre en évidence de nouvelles réserves d’argent (+402 tonnes métal, soit deux ans de production supplémentaires). Elle compte poursuivre ses efforts de recherche et d’amélioration des performances opérationnelles afin de profiter pleinement de ses nouvelles capacités de production.

S’agissant enfin de la Compagnie minière de Touissit (CMT), le management n’a pas assez commenté ses réalisations, mais l’on peut déceler à travers les principaux indicateurs que l’année a été la même que pour Managem et SMI. En effet, le chiffre d’affaires a progressé de 9,6%, à 444,5 MDH, notamment sous l’effet de l’appréciation du dollar face au dirham. Pour sa part, le résultat d’exploitation a enregistré une hausse de 7,6%, à 215,5 MDH. Cela dit, le résultat net a limité sa croissance à 1,3% pour s’établir à 192 MDH, là aussi en raison de la chute du résultat financier (-50%, à 20 MDH). Il n’empêche que la société devrait distribuer un dividende de 135 DH par action. Notons que dans un contexte de baisse des cours, la priorité pour CMT restera la maîtrise des coûts de production pour améliorer sa capacité à générer des bénéfices. Par ailleurs, les travaux de certification des ressources aurifères à Tighza, en cours de réalisation, lui permettent d’envisager dès 2017 le lancement d’une unité de production d’or.

Managem