Les compagnies minières cotées ne séduisent pas les analystes, mais pas toutes

Pour Upline Securities, Managem est à acheter, SMI est à vendre et CMT est à renforcer dans les portefeuilles. La chute des cours des métaux devrait se poursuivre à cause du ralentissement de la croissance des pays émergents.

La chute des cours des métaux au niveau international, alimentée par le ralentissement des économies des pays émergents et plus particulièrement la Chine, devrait continuer à affecter les compagnies minières cotées à la Bourse de Casablanca. Dans ce contexte, certaines devraient s’en tirer mieux que d’autres grâce à l’augmentation des volumes de production ou encore à l’appréciation du dollar face au dirham.

Ainsi, Upline Securities réserve des opinions disparates aux sociétés cotées du secteur. En effet, elle recommande Managem à l’achat et la valorise à 969 DH, sachant que son cours atteint actuellement 680 DH. Il devrait donc s’apprécier de 42,5%. Les analystes considèrent que la société devrait tirer profit d’un allègement de sa couverture sur la parité dollar/dirham et bénéficier ainsi des retombées de la hausse de la devise américaine pour compenser la baisse des cours des matières premières. Parallèlement, elle devrait profiter de la rationalisation des coûts de production afin de soutenir sa marge, surtout que certains gisements, dont la mine d’Imiter essentiellement, souffrent d’une baisse continue de la teneur. Cela dit, elle devrait enregistrer une amélioration des quantités produites, et ce, grâce au démarrage des projets en cours de développement. Et ceci tout en orientant la hausse de la production vers des métaux dont les perspectives sont plus prometteuses sur le court terme, comme le zinc, le plomb et le cobalt.

Ainsi, la société de bourse anticipe une hausse des revenus de Managem de 12,8% en 2015, à 4,3 milliards de DH, portés essentiellement par l’effet parité USD/MAD et la hausse de la production du cobalt et du cuivre. Le bénéfice devrait se situer à 205,6 MDH, en progression de 13%. En 2016, la croissance devrait être modérée, avec l’absence de lancement de production des nouveaux gisements, tandis que 2017 verra probablement le démarrage du chantier Bouskour avec une hausse de la production du cuivre ainsi qu’une amélioration de la production d’or, particulièrement au Soudan.

La filiale de Managem, SMI, n’est pas aussi plébiscitée que sa maison mère, car en dépit de la finalisation des travaux d’extension de la capacité de traitement à 300 KT, la société accuse un recul en termes de volumes produits. Cette situation s’explique par une dégradation plus prononcée de la teneur (-13%). Le titre est donc à vendre puisque, selon les analystes, il devrait atteindre un cours de 2 019 DH, soit un potentiel de baisse de 25,5% par rapport au cours actuel. Il est vrai que la SMI détient un patrimoine minier sous terre évalué à 2,5 milliards de dollar. Mais il se heurte aux contraintes d’extraction qui s’accentuent au fil du temps. Ce qui contribue fortement à la baisse des quantités produites et donc des revenus. D’ailleurs, à fin 2015, la société devrait réaliser un chiffre d’affaires de 872 MDH, en recul de 10,3% pour un bénéfice en baisse de 32%, à 168 MDH.

Par contre, CMT est un titre à renforcer dans les portefeuilles. Valorisé à 1070 DH, il devrait augmenter de 9,2%. Upline Securities justifie cette valorisation par la nouvelle orientation stratégique de l’opérateur minier axée sur le recentrage de son activité sur sa mine de Tighza, après la cession de ses participations aussi bien en Amérique latine (Guyanne) qu’en Afrique (Côte d’Ivoire). Cette orientation devrait se traduire par une augmentation de la production qui devrait résorber une partie ou la totalité de l’effet prix défavorable, surtout que CMT a réalisé des découvertes géologiques importantes au Maroc et serait en cours de développement d’un nouveau puits de 1 100 mètres pour doper sa capacité d’extraction de 25%. Toujours est-il que le ralentissement confirmé de l’économie chinoise serait de nature à plomber le prix des métaux de base ; la Chine étant le premier consommateur mondial de ces produits. Et pour les métaux précieux, le relèvement des taux de la Réserve fédérale américaine devrait enfoncer davantage le prix de l’argent. In fine, au terme de cet exercice 2015, CMT devrait améliorer ses quantités extraites de 10% et réaliser une croissance des revenus de 9,4%, à 443,7 MDH. Toutefois, hors effet volume, l’année 2015 devrait se terminer sur une légère baisse du chiffre d’affaires de 1%. Le résultat net part du groupe, lui, devrait totaliser 212,7 MDH et ressortirait en hausse de 12,3%.