Les bénéfices de la cote devraient s’améliorer de 4,4% à  fin 2013

L’activité devrait stagner à  241 milliards de DH en raison de la poursuite du recul des ventes de la Samir et de Maroc Telecom. Avec une politique de maîtrise des charges, le résultat opérationnel ressortirait à  54,6 milliards de DH, en hausse de 5%. La masse bénéficiaire serait tirée par le secteur industriel et les sociétés financières.

BMCE Capital a actualisé ses prévisions de croissance des réalisations financières des sociétés cotées au titre de l’exercice courant. Selon la société de bourse, les anticipations économiques favorables pour cette année, justifiées principalement par une campagne agricole favorable ainsi que par la reprise de la demande intérieure sur le trimestre écoulé confirment une tendance globalement favorable. Toutefois, celle-ci demeure freinée par le comportement du secteur immobilier, des mines et de l’agro-industrie.

Dans ces conditions, les revenus globaux des sociétés cotées devraient stagner en 2013 pour atteindre 241 milliards de DH (+0,3% par rapport à 2012). Précédemment, la société de bourse avait prévu une croissance du chiffre d’affaires de la cote de 4,3%, à 251 milliards de DH. En fait, cette révision à la baisse résulte de l’anticipation d’une baisse de 1,2% des revenus des compagnies industrielles qui devraient totaliser 182 milliards de DH. En cause, la contraction des ventes de la Samir de 10%, à 49,50 milliards de DH et de Maroc Telecom de 1,5%, à 29,40 milliards de DH. Ce repli devrait être atténué grâce à la progression prévisionnelle de l’activité des compagnies immobilières de 12,7%, à 18,50 milliards de DH ainsi que du volume d’affaires de la distribution alimentaire de 6,6%, à 6 milliards de DH. Pour leur part, les revenus du secteur minier ne devraient s’améliorer que de 4% pour atteindre 5,40 milliards de DH.

Parallèlement, le produit net bancaire des sociétés financières devrait se hisser à 48,70 milliards de DH, en hausse de 6% par rapport à 2012. Cela serait attribuable à l’appréciation du PNB du secteur bancaire de 6,2% pour s’établir à  47 milliards de DH. Dans ce cadre, le PNB de la BCP devrait s’améliorer de 10,8%, à 12,70 milliards de DH et celui de la BMCE de 9%, à 9,8 milliards de DH. De leur côté, les sociétés des services financiers devraient cantonner la croissance de leur PNB à 1,5% pour atteindre 1,60 milliard de DH. Idem pour les compagnies d’assurances et de courtage qui devraient voir leurs primes acquises s’accroître de 1,4%, totalisant 10,50 milliards de DH.

Sur le plan opérationnel, les sociétés de la cote devraient poursuivre leur stratégie ayant pour objectif de maîtriser leurs charges. Ainsi, le résultat d’exploitation de l’ensemble des sociétés cotées devrait afficher une augmentation de 5% pour s’établir à 54,60 milliards de DH. Cette appréciation serait favorisée par les sociétés industrielles et financières. En effet, les premières devraient générer à fin 2013 des revenus d’exploitation de 27,90 milliards de DH, en croissance de 4,2%. En détail, le résultat d’exploitation du secteur pétrolier devrait s’élever de 44%, à 733 MDH, et celui du secteur immobilier devrait atteindre 4,50 milliards de DH, soit une augmentation de 3%.

Les secondes, elles, devraient dégager un résultat brut d’exploitation de 25 milliards de DH, en hausse de 6,6%. Le secteur bancaire, drainant 96% du RBE financier, devrait enregistrer une croissance de ses revenus d’exploitation de 6,7%, à 24 milliards de DH. A l’inverse, le résultat technique des compagnies d’assurance devrait continuer à subir le contexte boursier défavorable qui affecterait les produits de placement. De ce fait, il devrait accuser une perte de 6,1% pour se situer à 1,5 milliard de DH. C’est la CNIA qui plomberait le résultat technique du secteur puisqu’il est prévu que l’assureur affiche un repli de 23,2% de son résultat technique, à 297,20 MDH.

19,2 milliards de DH de dividendes à distribuer

In fine, la capacité bénéficiaire des sociétés de la cote devrait s’améliorer pour totaliser 28 milliards de DH. Ainsi, après avoir reculé de 10,2% en 2012, elle devrait progresser au terme de cet exercice de 4,4% contre des prévisions initiales de 7,4%, à 28,80 milliards de DH. Les analystes ont dû réduire leurs projections de croissance tant pour le secteur immobilier que pour les compagnies minières et agro-industrielles. Les résultats estimés des sociétés industrielles devraient se hisser à 17 milliards de DH, en hausse de 5% consécutivement au redressement des bénéfices de la Samir. Ceux-ci devraient se monter à 179 MDH contre un résultat déficitaire de -131 MDH une année auparavant. Le résultat net des compagnies minières devrait lui aussi s’améliorer de 5,7%, à 1,20 milliard de DH. Pour sa part, Maroc Telecom devrait voir son bénéfice augmenter de 6,8%, à 7 milliards de DH.
Les sociétés financières et les compagnies d’assurance ne seraient pas en reste. En effet, leurs bénéfices devraient se situer respectivement à 9,80 milliards de DH et 1,1 milliards de DH, en hausse de 3,6% et 1,1%.

Par conséquent, la marge nette prévisionnelle ressortirait à 11,6% en 2013.

Du côté de la rétribution des actionnaires, les dividendes devraient atteindre 19,20 milliards de DH contre 19 milliards en 2012. En tête de liste, on trouve Maroc Telecom qui devrait accaparer 37,3% de la masse globale des dividendes avec une distribution de 7 milliards de DH. L’opérateur serait suivi par les banques qui devraient allouer à leurs actionnaires une enveloppe de 4,80 milliards de DH, soit 24,8% du montant global. Ainsi, le taux de rendement du dividende ressortirait à 4,6% contre 4,3% en 2012.