Les analystes optimistes par rapport au secteur agroalimentaire coté

De bonnes réalisations en 2015 et des perspectives prometteuses cette année. Cosumar est recommandée à l’achat en raison des fondamentaux du marché marocain et du développement de l’export . Lesieur, qui mise sur la diversification et la compétitivité, est à renforcer dans les portefeuilles.

Le secteur agroalimentaire coté en bourse a pu consolider ses bénéfices en 2015, malgré un contexte économique atone. Pour rappel, tous les indicateurs du compartiment ont connu une amélioration. Ainsi, le chiffre d’affaires s’est bonifié de 5,6% pour atteindre 23,6 milliards de DH, le résultat d’exploitation s’est hissé à 2,7 milliards et, enfin, la masse bénéficiaire s’est établie à 1,5 milliard de DH, en croissance de 14,8%. Le secteur a ainsi participé à la hausse du bénéfice global du marché à hauteur de 193 MDH, et ce, malgré une quasi-stagnation de la croissance de la consommation des ménages (+3,3% estimée en 2015, contre +3,2% en 2014). Notons dans ce sens que cette dernière, soutenue par l’évolution maîtrisée des prix à la consommation (+1% au premier trimestre 2016), devrait tirer profit de l’évolution globalement favorable des revenus des ménages, bénéficiant, notamment, de la dynamique des transferts des MRE (+4% à fin avril) et des crédits à la consommation (+5,6% à fin mars) ainsi que de l’effet d’entraînement de la campagne agricole exceptionnelle de l’année précédente.

Sur fond de résultats encourageants, l’indice agroalimentaire continue d’évoluer en territoire positif sur la place boursière, avec une performance annuelle de 9% à la séance du 20 mai.    

En termes de prévisions des résultats pour 2016, Upline Securities a analysé quelques valeurs cotées du secteur, notamment Cosumar et Lesieur.

Les bénéfices de Cosumar devraient croître de 18% en 2016

Cosumar devrait tirer profit d’une campagne sucrière 2015-2016 globalement positive, malgré une faible pluviométrie cette année. En effet, la production de betterave à sucre devrait connaître une nette progression, avec une moyenne de 5%, selon le ministère de l’agriculture. Ainsi, l’industriel devrait améliorer davantage son taux de couverture des besoins nationaux qui a atteint 43% en 2015, contre 40% un an plutôt.

En termes de perspectives, les analystes  estiment que l’entrée du Groupe Wilmar International dans le capital a marqué un tournant historique dans la vie de Cosumar, qui passe d’une phase de maturité à une autre de croissance, grâce à son ouverture aux marchés internationaux. Le Groupe Wilmar compte faire de Cosumar une plateforme devant desservir les marchés africains.

A la lumière de ces éléments, les analystes ont basé leurs prévisions sur la consommation marocaine de sucre par habitant, qui est aux alentours de 36 kg (contre une moyenne mondiale de 23,3kg), couplée à une croissance démographique de l’ordre de 2% par an, et une campagne sucrière modeste à cause de la faiblesse de la pluviométrie. Par ailleurs, Upline table sur une augmentation graduelle du poids de l’activité export dans les revenus du groupe. Une participation qui devrait atteindre 17% en fin de période, tirant profit de l’expertise de son actionnaire de référence. Dans ce sillage, Cosumar est actuellement à la conquête de nouveaux marchés dans la région MENA et d’Afrique subsaharienne. 

Compte tenu de ces éléments, la société de bourse table sur un chiffre d’affaires consolidé de 7,21 milliards de DH, en évolution de 3,4%, et un Résultat Net Par Groupe de 757,8 MDH, en hausse de 18,1% par rapport à 2015. Le sucrier est ainsi valorisé à un PER de 10,2 avec un taux de rendement de 6%. Le cours cible est de 234 DH, offrant ainsi un potentiel de croissance de 18,5% par rapport à son cours en bourse du 24 mai. Les analystes recommandent de ce fait d’acheter le titre.

Lesieur développe fortement son amont agricole

Pour sa part, le leader historique du segment de l’huile de table est parvenu à réaliser de bonnes performances financières en 2015, malgré une conjoncture internationale et sectorielle marquée, entre autres, par le recul des cours des huiles brutes de soja. En effet, le groupe a pu renforcer ses parts de marché grâce à une politique concentrée sur le développement de l’amont agricole, la diversification de sa gamme de produits et l’élargissement de son réseau de distribution. En outre, la société présente une structure bilancielle saine avec un excédent de trésorerie de près de 288 MDH, auquel devrait s’ajouter cette année le remboursement du crédit de TVA de 400 MDH sur une durée de 3 ans. Ce qui devrait se traduire par la concrétisation d’une opération de croissance externe et ainsi accélérer la croissance de la société, selon les analystes.

En termes de perspectives, le groupe compte poursuivre sa politique de développement articulée, entre autres, autour de l’innovation et la diversification de sa gamme de produits. Aussi, la capacité de production d’oléagineuses devrait passer à 50 000 tonnes en 2016 (presque le double de la capacité en 2014) avec le démarrage de la plantation de Jawahara Extension. Le groupe prévoit également la poursuite de la dynamisation de son activité à l’international à travers la prospection de nouveaux marchés, devant renforcer davantage le poids du segment export dans le revenu global. En 2015, l’activité a réalisé un chiffre d’affaires de 566 MDH (soit près de 14% du volume global).

Sur la base de ces éléments, les analystes tablent sur une progression de plus de 10% des revenus de l’huile d’olive, capitalisant entre autres sur le démarrage de nouvelles plantations. Suivant la même tendance haussière, les revenus du segment du savon devraient croître de 4%, en raison de la bonne croissance de l’ensemble de la gamme (El Kef et Taous). Et enfin, une augmentation de 6% de l’activité tourteaux est prévue, sous l’effet de la poursuite de la hausse du volume traité (25000 t en 2015, en hausse d’environ 85% par rapport à 2014).

Compte tenu de ces éléments, Upline s’attend à une bonification de 6,1% du chiffre d’affaires consolidé, à 4,23 milliards de DH, et un RNPG de 207,9 MDH, en hausse de 4%. Le groupe est ainsi valorisé à un PER de 16,7 et un dividend yield de 4,1%. Le cours cible est de 137 DH, soit un potentiel de hausse de 5,2% par rapport au cours du 24 mai. Dans ces conditions, les analystes recommandent de renforcer le titre dans les portefeuilles.