Le transporteur séduit avec une promesse de dividende alléchante

C’est un petit miracle qui est en marche pour le transporteur coté à la Bourse de Casablanca, CTM. Entre le 30 mars et le 3 avril, la valeur a enregistré un engouement particulier avec un volume de 13,8 MDH.
Sur la période, CTM a gagné 26,6% portant son year-to-date à 51,3%, soit la meilleure performance annuelle en 2009. Encore plus spectaculaire, du 16 mars au 6 avril, l’action s’inscrit en croissance de 35,4% puisqu’elle passe d’un cours de 209 à 283 DH. Et encore ! ce n’est pas là son plafond de variation car, sur la période, le titre a frôlé les 300 DH.
Mais qu’est-ce qui fait courir le marché derrière CTM ? Vraisemblablement, une promesse de dividende des plus alléchantes. L’envolée du titre concorde en effet avec l’annonce d’un dividende provisoire au titre de 2008 qui s’élève à 40 DH (dont 22 DH d’exceptionnel).
Moralité : les investisseurs se focalisent actuellement davantage sur le rendement du dividende… quitte même à fermer les yeux sur d’éventuelles imperfections.
Car l’exercice 2008 de CTM n’est pas dépourvu de zones d’ombre. En fait, le transporteur n’arrive à sauver sa croissance bénéficiaire en 2008 qu’en générant des revenus exceptionnels. C’est que son activité est fortement chahutée.  Après avoir commencé à sentir, en 2007, les effets de la concurrence internationale consécutive à l’ouverture du ciel marocain, le groupe CTM accuse le coup plus franchement en 2008. Son volume d’activité s’inscrit, en effet, en baisse de 1% à 378,5 MDH. En cause, donc, la poursuite de la baisse des réalisations du transport international de voyageurs qui subit, depuis l’ouverture du ciel marocain à la libre concurrence aérienne, l’arrivée massive des compagnies aériennes low cost. Mais la régression aurait pu être plus prononcée si ce n’était l’évolution à la hausse des autres segments d’activité profitant d’une densification du réseau de commercialisation et d’une amélioration des services offerts. Baisse d’autant plus marquée pour le résultat d’exploitation qui recule de 19,1% à 41,1 MDH, induisant une marge opérationnelle en dépréciation de 2,4 points à 10,9%. En cause, des produits d’exploitation en quasi-stagnation et des charges d’exploitation en augmentation de 9,3 MDH. Tout cela a eu raison de la croissance bénéficiaire du groupe, mais des cessions d’immobilisations chez CTM SA ont permis de tirer le bénéfice à la hausse. Il s’établit à 41,4 MDH, marquant une croissance de 21,8%, faisant ressortir une marge nette de 10,9% en appréciation de 2 points.
Et CTM pourrait bien avoir besoin d’un autre joker en 2009. D’autant plus que Ramadan coïncide avec la haute saison du transport de voyageurs et la probable poursuite de la baisse du trafic du transport international.