Le titre Addoha dépasse déjà  700 DH à  la Bourse de Casablanca

Après son introduction officielle en Bourse en fin de la semaine précédente, le groupe Addoha a continué à susciter un vif engouement des investisseurs. Preuve en est, le titre avait enregistré sa troisième réservation à la hausse lundi 11 juillet. Aucune transaction n’a été effectuée avant ce jour, et le cours de l’action a clôturé la séance du mardi à 711 dirhams, soit 21,5% de progression par rapport à son prix d’introduction.
A voir le volume de transactions sur les titres Addoha au niveau du marché central (1,7 milliard de dirhams durant la séance du lundi), ainsi que les multiples cessions de blocs opérées par les institutionnels, on constate que l’attribution faite lors de l’introduction a laissé les différents investisseurs sur leur faim. Pour rappel, l’opération a été sur-souscrite 17,47 fois, soit une demande qui a dépassé 48 milliards de dirhams pour une offre de titres d’uniquement 2,76 milliards. Le taux de satisfaction n’a été de ce fait que de 5,72%, pour un nombre de souscripteurs qui a dépassé les 22 200.
Par ailleurs, on remarque que la participation des investisseurs étrangers a été importante lors de l’OPV du promoteur immobilier. Leur demande a en effet dépassé les 3,8 milliards de dirhams, ce qui veut dire qu’ils pouvaient, à eux seuls, prendre possession des 35% du capital du groupe. La demande la plus importante a émané des investisseurs des pays du Golfe, plus précisément ceux des Emirats Arabes Unis, du Koweït et du Bahrein. Elle représente plus de 48% du total de la demande étrangère, pour 46 investisseurs institutionnels. Mais la nationalité la plus présente en terme de nombre de souscripteurs est la française. Ils étaient 110 investisseurs français à avoir exprimé une demande qui représente plus de 24% des 3,8 milliards souscrits.

CDG et Groupe Caisse d’épargne : partenariat scellé en faveur du CIH

Au moment même où le groupe Addoha faisait son entrée en Bourse, le groupe CDG (Caisse de dépôt et de gestion) et GCE (Groupe caisse d’épargne) ont procédé à la signature du protocole d’accord d’entrée de la banque française dans le capital de Massira Capital Management (MCM).
Cette holding commune entre les deux caisses a porté sa participation dans le capital du CIH (Crédit immobilier et hôtelier) à 67%. Ell est détenue à hauteur de 65% par la CDG et à 35% par le GCE. Les modalités financières de l’opération ont été gardées secrètes.

Désormais, ces deux institutions financières contrôleront conjointement le CIH. Elles ont validé à ce titre un projet industriel pour le développement de la banque dans les années à venir, et visant à la positionner sur le marché comme «banque de la famille», à côté de son statut de premier acteur dans le crédit immobilier. La CDG et le GCE comptent faire profiter le CIH de toutes les synergies qui peuvent découler de la complémentarité des métiers de chaque organisme. En parallèle, le CIH repositionne sa stratégie pour faire son retour sur le marché, en devenant une banque généraliste des particuliers, en complétant sa gamme de produits, et en participant au mouvement de bancarisation des familles marocaines. La banque s’est fixé à ce titre deux principaux objectifs, à savoir le doublement de son réseau d’agences et du nombre de ses clients d’ici 2012.