Le taux des comptes sur carnet devrait encore baisser au second semestre

La rémunération a baissé durant les 4 derniers semestres en raison du repli des taux des bons du Trésor à  52 semaines. Le taux moyen pondéré de cette référence s’est situé à  fin mai à  2,58%, en recul de 40 points de base par rapport au second semestre 2014. Les comptes devraient rapporter environ 2,18% au second semestre 2015, soit 1,5% net d’impôt.

La rémunération des comptes sur carnet ne cesse de s’effriter. Après avoir atteint un pic de 3,74% au second semestre de 2013, un niveau qui dépasse le rendement de certains dépôts à terme, elle a enchaîné les baisses pour se situer à 2,48% sur les six premiers mois de cette année, soit un recul de 1,26 point en 4 semestres. Ainsi, après avoir été parmi les produits de placement sans risque les plus rémunérateurs, les comptes sur carnet ne rapportent plus que 1,7% net de la taxe sur les produits de placement à revenu fixe (TPPRF) de 30%. Juste ce qu’il faut pour se prémunir contre l’inflation. Malgré cela, ce placement reste parmi les préférés des Marocains, comme l’atteste la tendance haussière de l’encours déposé chez les banques. Selon les dernières statistiques de Bank Al-Maghrib, il s’est élevé à 133 milliards de DH à fin avril, en hausse de 7,25% par rapport à la même période une année auparavant.

La baisse des taux des comptes sur carnet est intervenue consécutivement au repli des taux des bons de Trésor sur une maturité de 52 semaines, sachant que le rendement des comptes sur carnet de chaque semestre est égal au taux moyen pondéré (TMP) de cette maturité pendant le semestre précédent, diminué de 50 points de base. A fin mai, le TMP des bons du Trésor à 52 semaines est ressorti à 2,58%, accusant un repli de 40 points de base comparativement au second semestre de l’année dernière. Si les taux ont enregistré cette baisse, c’est principalement en raison d’un recours de moins en moins important du Trésor au marché de la dette pour financer ses besoins. Cela grâce à la bouffée d’oxygène qu’a constitué la décompensation des carburants. D’ailleurs, à fin avril (dernières données disponibles), le déficit budgétaire se limitait à 4,2 milliards de DH, en recul de près de 50% par rapport au même mois une année auparavant.

En outre, l’abaissement par deux fois du taux directeur de Bank Al-Maghrib, qui se situe actuellement à 2,5%, a impacté par un effet mécanique les taux des maturités courtes des bons du Trésor.
En tout cas, en tenant compte d’un TMP des bons du Trésor sur 52 semaines à fin mai de 2,58%, et toutes choses étant égales par ailleurs, la rémunération des comptes sur carnet devrait se situer à environ 2,18% au second semestre, selon les estimations des professionnels. Net d’impôt, le rendement du produit préféré des Marocains serait de 1,5%.

Maintenant, comment devraient se comporter les taux des bons du Trésor à 52 semaines au second semestre, et par ricochet les taux des comptes sur carnet l’année prochaine ? Si les professionnels du marché de la dette hésitent entre une stagnation et une légère baisse supplémentaire, ils excluent à l’unanimité une possible hausse des taux. Ils estiment que le Trésor devrait maintenir son rythme actuel de financement sur le marché domestique, en privilégiant surtout les maturités moyennes à longues. Les investisseurs, pour leur part, plus confiants dans l’amélioration du contexte général, ne devraient pas hésiter à accompagner le Trésor dans ses levées, avec des exigences de taux moins élevées qu’auparavant. En cas de baisse des taux, elle devrait se limiter à quelques points de base seulement. Elle serait toutefois ponctuée par des rebonds techniques initiés par des investisseurs qui requièrent une rémunération plus élevée, comme ce qui a été observé pendant le mois de mars. Ainsi, et en l’absence de facteurs externes à même de changer la donne économique, les comptes sur carnet devraient proposer une rémunération au moins égale à ce qui serait servi au cours du second semestre 2015.