Le secteur minier coté regagne la confiance de BMCE Capital

La société de bourse recommande de conserver Managem et SMI et d’acheter CMT. La tendance haussière des cours des métaux depuis le début de l’année et le démarrage des nouveaux projets expliquent ce regain d’intérêt. La progression de la parité dollar/dirham devrait compenser partiellement la chute des cours des minerais.

BMCE Capital réserve une opinion favorable aux sociétés minières cotées en ce début d’année, après un exercice 2014 pour le moins défavorable. En effet, la poursuite de la baisse des cours des métaux précieux et de base à l’échelle internationale, en raison du ralentissement de la demande chinoise et des pays de la zone euro, devrait fortement pénaliser la rentabilité des trois compagnies minières cotées au titre de l’année dernière. Toutefois, elles devraient tirer profit de la hausse de la parité du dollar face à la monnaie nationale, qui est passée de 8,15 à 9 DH, soit une croissance de 10,4% ; bien qu’à elle seule, cette progression ne pourrait absorber le manque à gagner engendré par la chute des cours. Cette tendance haussière du billet vert pourrait être davantage bénéfique en 2015 puisque le dollar a atteint près de 9,4 DH actuellement. D’autant plus que les métaux précieux renouent avec un rythme de croissance soutenu avec des améliorations allant de 8% pour l’or à 16% pour l’argent. Seul bémol, les métaux de base traversent toujours une situation difficile avec des replis de 10,4% pour le cuivre, 3% pour le zinc et 1,3% pour le plomb
Dans ces conditions, la société de bourse considère que parmi les trois opérateurs cotés en bourse, Managem devrait être la société qui sera la moins impactée en termes de revenus à fin 2014 (3,8 milliards de DH, en hausse de 2%). Elle devrait profiter de la hausse escomptée de la productivité et des volumes de ventes suite au démarrage de ses projets cuprifères de Jbel Laasel et d’Oumjrane ainsi qu’à la montée en puissance de la production d’or à Bakoudou. Toutefois, ses niveaux de marges opérationnelles et bénéficiaires devraient rester impactés entre autres par l’alourdissement des dotations aux amortissements, compte tenu de la poursuite du programme d’investissement soutenu de la société aussi bien au Maroc qu’en Afrique. A plus long terme, la société ambitionne d’augmenter son positionnement sur le cuivre, avec une production prévue de 50000 tonnes à l’horizon 2019-2020 contre 10 000 tonnes actuellement. A côté, les projets aurifères sont orientés davantage vers le continent noir, avec un objectif de production de 6 millions de tonnes à la même période, alors qu’elle tourne actuellement autour de 1,5 million. Ainsi, la société de bourse recommande de conserver le titre et le valorise à 1 206 DH, ce qui présente un potentiel de hausse de 19,4% par rapport au cours du 27 janvier. Managem devrait réaliser en 2015 un bénéfice de 390 MDH pour des revenus de 4 milliards de DH, en hausse respectivement de 14 et de 5%.
BMCE capital recommande également de conserver SMI et lui attribue un cours cible de 3 625 DH, soit une croissance potentielle de 15%. Les analystes estiment que les indicateurs financiers de la société devraient se dégrader compte tenu de son positionnement exclusif sur l’argent qui a enregistré en 2014 une chute de 20%, et de la baisse escomptée de ses niveaux de marge. En attendant l’augmentation de sa production à 300 TM (tonnes métal), la filiale de Managem devrait renforcer ses travaux de prospection au Maroc. Ce qui devrait lui permettre de diversifier ses sources de revenus qui sont actuellement focalisées sur son unique mine d’Imiter. Ceci n’empêche pas la société de bourse de tabler sur un résultat net de 351 MDH, en hausse de 5% par rapport à 2014. En revanche, l’activité de la mine devrait générer un chiffre d’affaires en contraction de 2%, à 1 milliard de DH.
Alors que CMT était recommandé à conserver à l’instar des autres titres du secteur, les analystes relèvent la recommandation à l’achat. Le cours du titre devrait ainsi croître de 22,3% pour atteindre un objectif de 1 541 DH. La compagnie devrait avoir du mal à dépasser la situation de baisse des cours de l’argent et du plomb, surtout après l’accélération du repli au second semestre de l’année dernière, sachant que les deux métaux représentent 92% des ventes de la société. Ce qui devrait grever ses résultats au titre de l’exercice passé. Pour faire face à ces difficultés, la société projette de poursuivre son projet d’augmentation de capacité de production de la mine de Tighza de 25%, projet qui, rappelons-le, serait achevé en 2018. Elle entend aussi se positionner sur d’autres minerais, notamment l’or en Guyane française à travers sa filiale Auplata ainsi que le cuivre à Tabaroucht. D’ailleurs, une étude d’impact a été commanditée et est en cours de réalisation. Dans l’attente de la concrétisation de ces ambitions, la société de bourse prévoit la réalisation par CMT d’un chiffre d’affaires de 431 MDH en 2015, en recul de 5%. Le résultat net part du groupe, lui, devrait se contracter de 19,7% pour totaliser 161,6 MDH. Vu ces résultats prévisionnels, CMT devrait offrir un taux de rendement des dividendes des plus intéressants à 8,7% contre 3,8% pour SMI et 2,8% pour sa maison mère Managem.